Percé et son rocher

 

La Côte Gaspésienne, agréablement découpée,  fascine par ses paysages sublimes et ses villages mémorables,   enserrés entre mer et montagne.

 

  Elle est belle la Gaspésie, avec ses falaises qui longent la mer, sa succession de petites anses, sa rive d'où s'égrène un chapelet de villages, ses splendides paysages côtiers, doux et rugueux ainsi que ses phares, sans oublier l'hospitalité sans pareille et la fierté de ce "peuple de la mer"...

  Elle est inoubliable la Gaspésie, avec ses endroits typiques à découvrir, tels que les Jardins de Métis, le parc national de la Gaspésie, le parc national Forillon, le parc national du Rocher Percé et de l'Île Bonaventure, la Baie des Chaleurs, le parc national de Miguasha et bien d'autres... 

  Elle se fait gourmande la Gaspésie, avec ses saveurs issues de ses poissons, fruits de mer, produits de la terre, pains, fromages et restos...

 

                

      

Carte gaspésienneCette vaste péninsule gaspésienne au relief saisissant, dont la mer façonne sans arrêt son histoire, est située à l'extrémité est de la province de Québec. Elle fut le berceau du Canada lors du débarquement de Jacques Cartier à Gaspé en 1534.

Reposant principalement sur deux piliers, la mer et la montagne, cette péninsule géante, presque entièrement entourée d'eau, baigne dans les eaux du fleuve Saint-Laurent au nord, du golfe du Saint-Laurent à l'est et la baie des Chaleurs au sud. 

Ce tour est un circuit authentique, débutant au village de Sainte-Flavie, endroit où la route #132 se divise en deux pour former une boucle d'environ 850 kilomètres qui contourne ce territoire. C'est à cet endroit que vous devez choisir  entre partir du côté nord ou du côté sud.Nicole Leblanc

Mais quel parcours expressif que nous livre cette route #132 !!! C'est donc avec raison que l'Atlas routier Michelin 2004 lui décerna la troisième étoile dans la liste des parcours pittoresques au même titre que seulement 12 autres routes en Amérique du Nord.

D'autre part, le National Geographic Traveler l'inséra dans son palmarès des 20 destinations à voir en 2011, car elle figure parmi  les plus belles régions du monde pour profiter des couleurs d'automne. Lonely Planet a d'ailleurs fait l'éloge de ses attraits et de sa beauté. D'autre part, Le livre "Four seasons of Travel" place la péninsule gaspésienne en quatrième place parmi les plus beaux lieux pour admirer le changement de saison.

Cela dit : avez-vous déjà visité la Gaspésie? Non? Voulez-vous faire convaincre davantage d'effectuer cette boucle? Ouvrez le site : Gaspaysie terre d'origine et écoutez Nicole Leblanc comédienne, originaire du village de Maria, situé dans la Baie des Chaleurs.Homard

Venez respirer l'air marin et l'odeur saline du fleuve Saint-Laurent tout en vous amusant via des excursions en mer Crabepour l'observation des phoques, des baleines et des oiseaux  marins.

D'un point de vue gourmand, difficile d'être mieux servi avec tous les produits disponibles de la mer! Profitez-en pour goûter et déguster des poissons et crustacés tels que crabes, homards, harengs, morues, moules et autres finesses de cette mer... 

 Et pour vous donner davantage l'eau à la bouche, quelle belle découverte que le site Gaspésie Gourmande qui nous dévoile une liste de très bons restaurants! À même ce site, on peut, à l'aide de la carte de la Gaspésie, identifier à chaque endroit les restaurants, gîtes et commerces. 

Il y a de plus le magasine "Gaspésie Gourmande", dont on aperçoit la page couverture à  gauche. Il est publié annuellement et les résidents de la Gaspésie l'obtiennent gratuitement.Route 132 logeant le splendide littoral du fleuve Saint-Laurent

Magasine "Gaspésie gourmande"Et finalement, vous pouvez trouver aussi de l'information sur le site : Les Meilleures Tables du Québec - Gaspésie

Le tour de la Gaspésie a-t-il besoin d'une présentation plus détaillée? Assurément... 

À la suite de plusieurs voyages dans cette exceptionnelle région du Québec dont le dernier en août 2011, nous avons pu visiter plusieurs endroits, recueillir beaucoup d'information et prendre plusieurs photos afin de rédiger ce résumé.

Vous en avez le goût maintenant? Alors, partez à sa conquête... Espérant que le résumé de notre trajet vous facilitera la découverte de cette magnifique péninsule...

Un homardierNous débutons par le côté nord en donnant une description sommaire des endroits que nous avons eu l'opportunité de découvrir au cours de nos différents voyages. Le phare de Carleton-sur-Mer

Ce parcours longe le splendide littoral du fleuve et frôle les falaises à différents endroits, ayant comme toile de fond la mer et la montagne de l'autre côté. En plus, les anses et les baies se succèdent et servent d'écrin à de nombreux petits villages côtiers.

Au cours de ce trajet, nous faisons allusion à certains magnifiques phares qui furent érigés autour de la péninsule. On en dénombre 13 entre les villes de Matane et Carleton. Pourquoi? Ces sentinelles de la mer sont des souvenirs inoubliables de l'histoire maritime de la Gaspésie. Et aujourd'hui, afin d'éviter des désastres futurs et faciliter la navigation. 

Pour en savoir davantage, le site intitulé :  La Route des Phares du Québec donne le goût d'être plus curieux aux endroits où sont localisés ces véritables sentinelles.

 

La présence de l'ancre dans le site démontre l'importance de la mer en gaspésie SAINTE-FLAVIE    Les sculptures

Une des nombreuses statuesSurnommé « la porte d’entrée de la Gaspésie », le village de Sainte-Flavie nous offre une très belle vue, avec comme ligne d'horizon la Côte-Nord, soit l'autre côté du fleuve. Fondé en 1829, On y trouve des boutiques d’artisanat et plusieurs établissements d’hébergement.

En 1984, l'artiste peintre Marcel Gagnon, natif de la Gaspésie, acheta un petit chalet situé en bordure du fleuve Saint-Laurent en vue d'exposer ses tableaux.

Aujourd'hui, à quelques mètres du village, quelques 80 sculptures grandeur nature, appelées  « Le Grand Rassemblement » sont façonnées dans le béton armé. Elles émergent de la mer et se cachent au gré des marées, devant ce petit chalet qui est devenu le Centre d'art Marcel Gagnon. Cet artiste est bien connu pour son oeuvre d'art, unique au monde. Adresse : 564, route de la Mer, Sainte-Flavie 418-775-2829

Ce Centre d’Art est devenu un complexe touristique important qui compte à lui seul : une auberge, un restaurant, une librairie et une boutique souvenirs en plus de la galerie d’art.

 

LES JARDINS DE MÉTIS 

Ce parc horticole maritime, divisé en 17 jardins, est l'une des attractions les plus visitées de la péninsule. 

Les Jardins de Métis, classifiés parmi les plus splendides jardins du monde, sont situés aux abords de la rivière Métis à Grand-Métis et en bordure du fleuve Saint-Laurent. Ils font d'ailleurs partis de la liste dans le livre intitulé "Les 1001 Jardins".

L'histoire de ce charmant domaine débuta par un modeste camp de pêche en 1886, propriété de Lord George Stephen (président fondateur du Canadien Pacifique). Il venait ici en été pour y pêcher le saumon.

Elsie refordEn 1918, il céda son domaine à sa nièce, Elsie Reford, femme au destin exceptionnel. Alexander Reford

C'est en 1926 qu'elle a commencé à ornementer son camp de pêche en y plantant des fleurs.

De 1927 à 1957, cette passionnée des jardins, en plus d'être musicienne et sportive, consacra tous ses étés à concevoir l'aménagement de son petit domaine fleuri, grâce à une ténacité à toute épreuve. 

Favorisés par un microclimat exceptionnel et à l'abri des vents, cette horticultrice talentueuse a pu y créer  ces jardins où poussent maintenant quelque 3000 espèces de plantes indigènes et exotiques aux parfums, introuvables ailleurs à cette latitude en Amérique, défiant ainsi les rigueurs du climat.

Pour ce faire, elle se procurait des espèces venant de différentes régions du monde et les acclimataient. Une de ses belles réussites fut avec le pavot bleu de l'Himalaya qui devint l'emblème des jardins de Métis.

Aujourd'hui, son arrière-petit-fils, Alexander Reford a restauré ce site enchanteur qu'il dirige depuis 12 ans.

C'est en fait le paradis de l'horticulteur avec les spectaculaires collections permanentes de 3000 espèces de végétaux indigènes et exotiques qui se côtoient dans de nombreux jardins; un héritage de son arrière-grand-mère.

On y retrouve plusieurs ensembles ornementaux distincts, tel que le Jardin du ruisseau, le Jardin des pavots bleus, l'Allée Royale, le Jardin des pommetiers, le Jardin des primevères, de lys, d'Azalées, de vivaces, etc...

Villa EstevanQuant à la Villa Reford (Estevan) avec sa boutique renommée pour son artisanat, ses trois salles à manger, son musée abrite les expositions sur les jardins et sa boutique horticole offre aux visiteurs une sélection de semences, livres et accessoires horticoles. D'autre part, quelques 135 végétaux poussent dans le potager et les sous-bois où le chef puise son inspiration. D'ailleurs, le menu est très diversifié en raison des floraisons. 

Allée royaleCette villa historique de 37 pièces, servant de résidence d'été à Elsie Reford, donne un avant-goût des somptueuses demeures du village de Métis-sur-Mer, une dizaine de kilomètres plus loin.

De là, traversant le Jardin de la Villa, décorés de pins Mugo, nous aboutissons au Belvédère. Surplombant la mer, il nous offre un panorama unique comme arrière-plan: la rivière Métis et le fleuve Saint-Laurent. Rien pour gâcher le  paysage!!!

À ne pas oublier, la majestueuse Allée Royale avec son décor époustouflant sur ses deux longues plates-bandes de 92 mètres de long. Celles-ci accueillent une multitude de pivoines, d'oeillets, de pieds-d'alouette, de rosiers modernes, de lis, d'iris, d'azalées, de campanules... etc.

Tout au long du parcours, avec le gazouillement de l'eau et les sentiers ombragés qui invitent au calme, il n'est que d'écouter les exclamations des nombreux visiteurs pour se convaincre de la beauté des lieux; un plaisir pour les yeux!

Il existe aussi le " Festival international des Jardins", créé en l'an 2000. Il compte environ 25 jardins aménagés chaque année. C'est le lieu du plus important festival de jardins contemporains en Amérique du Nord.

Le but est de stimuler la création artistique, la recherche et l'expérimentation dans le domaine de l'art des jardins. L'endroit propose de plus une foule d'activités parallèles : des animations pour la famille (les samedis et dimanches), des visites guidées nocturnes de même que des thés littéraires et des brunchs musicaux, les dimanches.

C'est ainsi que la réputation des Jardins de Métis en fait l'un des attraits touristiques majeurs de l'Est du Québec. 

Une visite s'impose pour découvrir le savoir-faire incomparable des Jardins de Métis dans le domaine de l'horticulture. (tél.: 418-775-2222)

Pour information concernant l'association des Jardins du Québec, voir le site Internet : www.associationdesjardinsduquebec.com 

 

   MÉTIS-SUR-MER

Phare en face de Métis-sur-MerS'échelonnant sur les rives du Fleuve Saint-Laurent, ce village est situé à 12 kilomètres à l'est des Jardins de Métis. De là, vous quittez la #132 et tournez à gauche pour suivre tranquillement la petite route de Métis-sur-Mer. Logo de l'Association des plus beaux Villages du Québec

Toutefois, plusieurs automobilistes ignorent ce coin typique de la Gaspésie  qui fut fondé en 1818 par des familles anglo-saxonnes. Pourtant, ce  village pittoresque fait partie de l'Association des plus beaux villages du Québec.

Des gens fortunés se sont fait construire de vastes résidences apparentées aux style de la Nouvelle-Angleterre. 

Cet endroit au charme anglo-saxon est un lieu de villégiature qui a conservé son paysage naturel. Il se démarque par la beauté et la richesse de ses habitations qui se dressent ici et là dans un décor typiquement maritime. 

En plus, la petite localité profite d'une situation idéale pour surplomber le fleuve Saint-Laurent et admirer les couchers de soleil derrière le phare de la Pointe Métis, construit en 1924, où les phoques et les cormorans se prélassent sur les îlots rocheux.

Pour les amoureux de l'information, si vous voulez en savoir davantage sur Métis-sur-Mer et ses attraits environnants, regardez "Village en vue"; vous serez comblés de constater la qualité de ce site. 

 

  MATANELe traversier

Phare de MatanePetite ville maritime, Matane est un mot d'origine micmac, signifiant "vivier de castor".

Cette municipalité est fière d'utiliser son vieux phare centenaire, qui s'élève comme une véritable sentinelle, à titre de centre d'information touristique. Ce phare sert aussi de point d'observation panoramique et donne au visiteur une vue  d'ensemble de la ville. 

Elle possède aussi son port de mer. D'ailleurs, c'est à cet endroit que l'on peut prendre le traversier Traverse Matane Baie-Comeau Godbout pour se rendre sur la côte-Nord du fleuve, soit à Baie-Comeau ou Godbout.

Cette ville a un charme particulier car elle est construite de chaque côté de la rivière Matane, renommée comme l'une des meilleures rivières à saumon du Québec.Le voici ce succulent crustacé

En terme de crustacés, beaucoup d'entre nous connaissons les "crevettes de Matane" mais il est bon d'ajouter que ces délicieuses crevettes roses proviennent de Sept-Îles, ville située sur le côté nord du fleuve Saint-Laurent. 

Cependant, Matane possède une usine de transformation pour ce petit crustacé très en demande.

Dans le secteur du Vieux Port, il faut absolument emprunter "La Promenade des Capitaines" qui longe cette rivière et où la tradition maritime de l'histoire de la ville est illustrée. Non seulement, on peut regarder le tumulte de la rivière mais on peut observer la montée du saumon de l'Atlantique au "Centre d'observation du barrage Mathieu-D'Amours". 

On y trouve aussi un parc de récréation pittoresque du nom de "Parc des Îles".

 

  CAP-CHAT
Parc Le Nordais
Le paysage prend du reliefAprès Matane, la route est une succession de montées et de pentes de sorte que le paysage prend du relief. 

Juste avant Cap-Chat, on aperçoit la baie des Capucins, une des plus belles de cette partie du littoral.

Lors de notre arrivée à Cap-Chat, on aperçoit de loin les 132 éoliennes du parc le Nordais qui tournent au gré du vent.

Éolienne ÉOLEC'est le premier parc éolien implanté en Gaspésie et le plus impressionnant. 

Ces éoliennes à axe horizontal, les plus communes, atteignent plus de 50 mètres. La nacelle est assez haute pour qu'un homme y marche debout. Vu d'en bas, on ne mesure pas tout le gigantisme de ces mastodontes : les pales, à elles seules, mesurent 24 mètres.Halte routière


Le Centre d'interprétation de recherche et de développement de l'énergie éolienne (CIRDE)
a été aménagé sur le site et on organise des visites guidées du parc. 

Ce qui ressort : l'éolienne à axe vertical nommée "ÉOLE", construite à la fin des années 80, est la plus haute au monde. Elle mesure 110 mètres , soit 31 étages. Quelque 64 mètres  séparent les deux courbes.

Malheureusement, elle ne fonctionne plus depuis une dizaine d'année car le coût au KW est plus élevé que le prix d'achat; elle n'est donc pas rentable. Il faut ajouter que c'est un prototype.

Et, avant de quitter ce petit village construit sur un rocher, face à la mer, prenez la rue principale afin de découvrir comment les habitants de la place peuvent admirer la mer de leur maison ou du trottoir, tellement le panorama du fleuve Saint-Laurent est agréable.

 

SAINTE-ANNE-DES-MONTSMusée Exploramer

L'égliseIl faut voir cette église avec son imposante architecture, construite de deux tours-clochers et surmontées d'une flèche. Elle fut érigée entre 1919 et 1925. Cette dernière a été citée" monument historique" en septembre 2006.

Vous aimeriez en savoir davantage sur la vie du fleuve? Cette ville possède son musée/aquarium « Exploramer », lieu privilégié dont la mission est de faire découvrir le fleuve Saint-Laurent et son milieu marin. 

On peut voir les richesses du fleuve qui sont à la portée de main. Dans les aquariums, on peut voir des poissons, raies, homards, crabes, méduses, étoiles de mer, plantes marines , la faune et la flore de l'estuaire et du golfe. 

La visite de ce musée peut prendre de 3 à 5 heures mais ça vaut réellement le détour...Un joueur de violon sculpté

Des excursions sont aussi offerte en mer  avec le JV Exploramer pour aller assister à la levée des casiers de crabes et à bourgots. Ce dernier molusque, que l'on surnomme escargot de mer et plutôt méconnu, est pêché depuis les années 40 au Québec.

Un autre évènement à se rappeler, est la Fête du Bois Flotté qui se déroule  annuellement, au début du mois d'août, près du musée/aquarium « Exploramer ».

Cette fête est unique au Québec et c'est la marque distinctive de Sainte-Anne-des-Monts. 

Hé oui, c'est le seul endroit où les sculpteurs créent leurs oeuvres à partir de bois récupérés sur les rivages, ce que lUn oiseau sculpté'on appelle le "bois flotté". 

C'est une raison pour rendre hommage en quelque sorte aux trésors de la mer.

En août 2011, on a fêté son 10e anniversaire d'existence, signifiant ainsi au fils des ans la fierté de l'endroit. 

C'est un évènement gratuit de 4 jours de création, d'animation et de spectacles.

Carte d'affaire du propriétairePour celles et ceux qui aiment les poissons et les crustacés, le « Restaurant & Poissonnerie du Quai » saura vous offrir une carte savoureuse. 

Situé à deux pas de l'église, le propriétaire de l'établissement, Jean-Guy Vallée, pêche lui-même le pétoncle, le crabe, le turbot et le flétan, etc... 

Située à la jonction de la route #132 et de la route #299, communément  appelée la « Route du Parc », elle relie Sainte-Anne-des-Monts à la ville de New Richmond, dans le secteur de la Baie  des Chaleurs. Par cette route, nous avons accès au Parc national de la Gaspésie.

 

PARC DE LA GASPÉSIE

Un sentier sur le toit du Mont-AlbertNous partons à la découverte de ce parc via la route #299.

Situé pratiquement au centre de la péninsule gaspésienne et à 35 km au sud de Sainte-Anne-des-Monts, le Parc national de la Gaspésie est une mer de montagnes « Chic-Chocs » cousues de vert en plein été avec, à leur pied, la Des précipices et des montagnes... rivière Sainte-Anne. Ce parc, créé en 1937, couvre 800 km2. 

Le nom "Chic-Choc" vient d'un mot indien  signifiant "barrière impénétrable".

Le parc est constitué de zones de préservation réservées à la protection des éléments naturels de la région et de la zone d'ambiance, formée d'un réseau de routes, de sentiers (130 km) ainsi que de lieux d'hébergement.

Une balade dans ce parc est un pur ravissement. 

Offrant des paysages grandioses, il laisse des souvenirs inoubliables. D'ailleurs, c'est la destination par excellence pour les adeptes de randonnée pédestre car il est sillonné de plusieurs kilomètres. C'est le  Haut lieu de ce sport au Québec.

C'est un lieu de démesure avec ses 25 monts dépassant 1000 m d'altitude, le plus haut étant le mont Jacques Cartier (1265 m) qui est le deuxième plus haut sommet du Québec après le mont d'Iberville (1588 m) dans le grand nord.

C'est aussi le seul territoire où cohabitent le caribou, l'orignal et le cerf. D'ailleurs, c'est dans ce secteur que se  trouve la plus grande Un caribou sur une plaque de neige au sommet du mont Albert concentration d'orignaux au Québec. 

En entreprenant le sentier qui monte jusque sur le plateau de l'incontournable mont Albert (zone de préservation extrême) qu'on surnomme la «Table à Moïse», vous serez récompensé en découvrant ces animaux qui broutent ici et là dans la toundra à travers des arbres rabougris. 

En plus, vous découvrirez des plantes arctiques-alpines, typiques de la toundra et du grand nord québécois qui La silhouette d'un orignalsurvivent à de telles hauteurs et de menus filets d'eau qui gazouillent entre les roches. 

De son sommet qui culmine à 1151 mètres d'altitude, on peut voir par temps clair le fleuve Saint-Laurent et même la Côte-Nord. Nous terminons cette randonnée inoubliable par une descente de deux heures à travers une forêt.

Avant d'entreprendre un sentier, rendez-vous au centre d'interprétation situé juste à côté du Gîte du Mont-Albert. Vous y trouverez toutes les informations dont vous  aurez besoin ainsi que  l'équipement.

Quant à l'hébergement, des refuges et chalets sont offerts autour du Gîte du Mont-Albert, ainsi qu'un terrain de camping et bien sûr, l'auberge du gîte du Mont-Albert, érigé en 1950, qui fait face au mont Albert. 

Cet établissement, classifié 4 étoiles, est de renommée internationale. Elle vous charmera par sa fine cuisine sans oublier son gibier et son décor chaleureux. 

L'auberge du gîte du Mont-AlbertSa situation privilégiée permet de contempler les hauts sommets de nos « Rocheuses Québécoises ».

Un autre établissement, l'Auberge de montagne des Chic-Chocs  suspendue à flanc de montagne, a ouvert ses portes à la fin de l'année 2005, à une distance de 55 km du fleuve Saint-Laurent et à 615 mètres d'altitude. 

Pour s'y rendre, il faut emprunter une route de 55 km de long à partir de Cap-Chat, dont les 10 derniers ont été expressément tracés pour l'établissement. Il faut toutefois abandonner sa voiture au chalet d'accueil et, de là, un autobus conduit les invités dans la montagne, uUne marcheuse aguerrie, en l'occurence ma soeur sur une promenade enbois, construite sur le sommet d'une montagnen trajet qui dure  une vingtaine de minutes. 

L'hiver, une chenillette prend le relais, une balade pour les 40 derniers kilomètres.

Les clients peuvent pratiquer différents sports tels que la randonnée, le vélo de montagne, la pêche, la raquette, le ski de fond et l'observation de la faune. On peut aussi privilégier la détente et profiter de la beauté des lieux, assis sur la terrasse.

L'auberge de montagne des Chic-ChocsCette dernière photo très colorée représente bien les couleurs de l'automne dans le parc. Elle fut prise sur le plateau du Mont Albert. 

Quant à la promenade sur la passerelle, elle a environ 1/2 kilomètre de long. 

Le sentier, pour se rendre sur le toit de ce mont d'une altitude de 1151 mètres, a environ 5 kilomètres (aller seulement) de long. Pour effectuer la boucle, il faut marcher 17 kilomètres.

Parcours de calibre expert, Il faut être en bonne condition physique pour réaliser cet objectif.

Nous revenons sur nos pas afin de continuer notre route sur la #132.

 

 

LA MARTRE

Phare du village de La MartreJuste avant notre arrivée au petit village de la Martre, c'est d'abord la chute du voile de la mariée, une jolie cascade d'eau située le long de la route que nombre de touristes admirent.

Il est intéressant de s'arrêter dans ce petit village situé sur une falaise et un peu à l'écart de la #132 pour aller admirer ce célèbre phare rouge en bois unique.

Cette magnifique sentinelle est située en face de l'église mais avec une vue imprenable sur le fleuve. On ne peut la manqueÉglise du village de La Martrer avec sa couleur vêtue de rouge, de haut en bas. Elle semble surveiller les navires ainsi que les automobilistes qui y circulent.

Quant à la route apparaissant sur l'image à droite, c'est la continuation de la #132, après avoir quitté le village de La Martre, en direction du village de Mont-Saint-Pierre. 

Centenaire en 2006, ce phare est le seul à avoir gardé sa lanterne qui flotte sur un  bain de mercure.  Du haut de ses 19 mètres, il émet toujours un signal qui rassure les navigateurs.

Juste à côté, un musée des phares a été aménagé. Une exposition permanente, dans le bâtiment adjacent, vous fera découvrir le génie des années 1700 à aujourd'hui dans le domaine des lanternes de phare, ainsi que l'évolution et l'importance des phares pour les navigateurs. De plus, une boutique propose de magnifiques objets fabriqués par des artisans de la région.

Avant de continuer sa route, il vaut la peine d'entrer à l'intérieur de la petite église en bois, construite en 1914. Décorée avec goût, elle est simple mais accueillante.

 

MONT-SAINT-PIERRE

Route #132Village de Mont-Saint-PierreEn continuant notre route, le paysage devient sublime car les montagnes laissent juste assez de place à la route pour contourner les caps et déboucher dans des baies. 

Au fond de chacune d'elle, des villages portent des noms tels que: Marsoui, Ruisseau-à-Rebours, Rivière-à-Claude , Mont-Saint-Pierre, Mont-Louis, Anse-Pleureuse et Gros-Morne.

Mont-Saint-Pierre, ça vous dit quelque chose? 

Ce petit village nous rend bouche bé lorsqu'il nous apparaît blotti en demi-lune dans une  magnifique anse. C'est que la chaîne de montagnes, les Chic-Chocs, avec ses hautes falaises abruptes l'entoure ce qui en fait l'un des plus beaux paysages maritimes.

Capitale du vol libre de tout l'est  du Canada, les amateurs de sensations fortes s'en donnent à coeur joie  lorsqu'ils se laissent voler comme un oiseau à partir du sommet du Mont-Saint-Pierre. (www.deltaplanetandem.ca) 

À la fin Juillet, lors du "Festival du Vol Libre", c'est le grand rassemblement des pilotes de deltaplane, de parapente et du vol en tandem qui s'éjectent des cinq rampes de lancement, du haut de la falaise. 

Le ciel se couvre alors d'ailes multicolores. Un parachutiste

Quant au touriste, il peut facilement se rendre au sommet d'une altitude de 1350 pieds, soit par un sentier ou par un service de véhicules autorisés.

Le panorama est unique et grandiose sur le village, la vallée et la route qui se faufile entre la mer et les montagnes.

 

  MONT-LOUIS

Une partie du village de Mont-LouisEncore un petit village pittoresque avec son port de pêche, situé dans le fond d'une baie et qui semble vraiment tranquille...Saumon fumé

Mais attention! Il faut s'arrêter pour découvrir les fumoirs d'Atkins & Frères 1, rue Chanoine-Richard, Mont-Louis. (418-797-5059)

Cette entreprise familiale a débuté ses activités en 1988 avec les frères James et Charles Atkins, spécialistes de la  production de poissons et fruits de mer fumés de grande qualité.

Cet endroit incontournable est spécialisé pour fumer et vendre différentes catégories de poissons tels que truite, moule, crevette, esturgeon, maquereau, pétoncle, calmar sans oublier le saumon de l'atlantique. 

Ils sont un pur délice car ils sont fumés à l'ancienne soit à chaud et à froid, selon la plus pure tradition gaspésienne.

Quant à nous, nous avons goûté à un maquereau fumé aux fines herbes. Quelle délectation!!! On y trouve aussi des rillettes de truite, de saumon, de maquereau...

On peut trouver leurs points de vente au détail dans leur site Internet ainsi que dans certains marchés qui ont pignon sur au Québec.

 

Le phare avec une vue splendide sur le fleuve MADELEINE-CENTRE

En arrivant à Madeleine-Centre, jetez un coup d'oeil à l'église avec son clocher particulier.

Il s'y trouve le phare du Cap Madeleine juché au bout d'une petite presqu'île. L'endroit est intéressant à visiter car le phare a été transformé en musée.

Du haut de ses 44 marches, il est un incontournable pour avoir un panorama exceptionnel sur le fleuve et le village.

 

 GRANDE-VALLÉE

Village de Grande-ValléeGrande-Vallée se situe à mi-chemin entre Sainte-Anne-des-Monts et Gaspé.

Juste avant d'arriver à destination, il y a une importante halte routière dont il faut s'arrêter avant de descendre la route en pente qui rejoint ce village.

Cette halte surplombe l'église en bois, construite en 1910, qui est sise sur un socle rocheux, émergeant de la baie. 

On est ébloui par le panorama grandiose qui donne accès sur le village. 

Il faut se rappeler que l'émission télévisée la « La Petite Séduction » a eu lieu à cet endroit en août 2011.

 

 PETITE-VALLÉE

Une partie du villageCe petit havre de pêcheurs, aménagé sur un éperon rocheux, fut fondé en 1856 à l'embouchure de la rivière de la Petite-Vallée. Le bâtiment principal : La Vieille Forge

Ce qui attire l'attention de ce village d'à peine 200 habitants c'est qu'avec le déclin des industries traditionnelles, soit la pêche et la forêt, il a fallu un festival pour maintenir des emplois.

Aujourd'hui, il est reconnu au Québec et ailleurs pour son "Festival en chanson", sous le titre de Festival en chanson de Petite-Vallée http://festivalenchanson.com/ et https://campchanson.com. Né en 1982, c'est un événement culturel annuel qui s'est imposé comme l'un des plus importants du genre au Québec. D'ailleurs, on célèbrera ses 30 ans en 2012.

Chaque année, il s'accompagne d'un camp de vacances pour adultes, où l’on apprend l’interprétation ou l’écriture de la chanson. Les groupes se composent d’une douzaine d’élèves, ce qui permet aux professeurs de se consacrer pleinement à chacun d'eux.

C'est au théâtre de la Vieille Forge que se déroule l'essentiel des activités, soit la salle de spectacle (ouverte à l'année) et le centre d'interprétation de la chanson... 

Ce camp de formation offre des ateliers d'interprétation, d'écriture en chanson  ou en théâtre aux enfants,  adolescents et aux adultes.

Isabelle BoulayC'est une occasion de découvrir de nouveaux talents et de promouvoir la chanson francophone. D'ailleurs Isabelle Boulay, originaire du village Sainte-Félicité près de Matane, fut lauréate du Festival en chanson 1996.

Ce Village en chanson est un organisme à but non lucratif qui rassemble le Festival en chanson, le Théâtre de la Vieille Forge et le Camp chanson.

Près du théâtre, La Maison LeBreux: www.lamaisonlebreux.com accommode les visiteurs avec son auberge et ses sept chalets. Cette maison possède une salle à manger et propose plusieurs spécialités dont la bouillabaisse et la tarte à la pichoune dont j'ignore malheureusement sa composition. Adresse : 2, rue de la Longue-Pointe, Petite-Vallée (418-393-2662)

Étant situé à proximité du fleuve Saint-Laurent, ce minuscule village crée une ambiance chaleureuse et stimulante avec ses nombreux spectacles présentés en soirée.

 

 L'ANSE-À-VALLEAU

Le phare

 

Cet endroit typique, situé en dehors de la route #132, s'est développé autour de son havre de pêche.

D'autre part, l'Anse-à-Valleau joua un rôle important au cours des deux guerres mondiales car ce fut un centre stratégique de communication. 

Grâce à Marconi, celui-ci installa en 1904 la première station radio maritime en Amérique du Nord de sorte que le premier message (télégraphie sans fil) transatlantique a été lancé ici.

Ce phare d'un rouge éclatant, appelé Pointe-à-la-Renommée (418-269-3310) www.pointe-a-la-renommee.com, après avoir été déménagé près de 20 ans à Québec, est revenu dans sa Gaspésie natale en 1997, grâce aux efforts des citoyens.

Aujourd'hui, il accueille des expositions nous faisant connaître Marconi, la vie des opérateurs de télégraphie sans fil et les gardiens du phare. L'endroit est aussi parfait pour pique-niquer.

 

 

 RIVIÈRE-AU-RENARD

ChalutiersFondé en 1856 par des familles françaises et irlandaises, le village de Rivière-au-Renard est le plus important port de pêche au Québec. 

Surnommé la Capitale des Un bon souvenir : morues sèchant sur des vigneaux pêches du Québec,  Rivière-au-Renard possède deux havres, des usines de transformation du poisson, une imposante flotte de bateaux ainsi qu'un chantier naval et un Centre d'Interprétation des pêches.

Lawrence JalbertLe Centre d'interprétation est situé sur un des quais du port, près du parc à bateaux et des deux usines de transformation des produits de la mer. On visite les installations portuaires pendant qu'un guide explique les différents types de pêche côtière  encore pratiqués dans le golfe.

Et si vous êtes un amant du poisson, allez à l'Auberge Motel Caribou.  Vous trouverez une très bonne cuisine. Cet établissement, présent depuis 1930, est une véritable institution dans la région. Aussi, Pêcheries gaspésiennes ont leur spécialité, soit le filet de maquereau fumé.

Pour information : la chanteuse québécoise « Laurence Jalbert » est originaire de Rivière-au-Renard.

 

 CAP-DES-ROSIERS


RosiersLe phare de Cap-des-RosiersLe nom de cette municipalité vient d'une grande quantité de rosiers sylvestres qu'on découvrit, lors des premières expéditions.  D'ailleurs, vous verrez encore de ces rosiers dans le village ainsi que  dans le parc Forillon.

Occupant un site admirable sur la côte gaspésienne, ce village a été le théâtre de huit naufrages entre 1840 et 1848 dont celui du "Carrick" où périrent plus de 130 immigrants irlandais. 

À titre de prévention, on érigea un phare entre 1854 et 1858 (toujours en service) dont il est le plus haut du Canada avec ses 34 mètres. Son prisme mesure neuf pieds de hauteur et sa lumière est visible à plus de 30 km à la ronde. Il est situé à l'entrée du parc national Forillon. 

Il fut déclaré monument historique par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada en 1977. 

Comme plusieurs phares, il peut être visité mais il faut prévoir monter à pied les 122 marches qui mènent au sommet. (www.pharecapdesrosiers.ca)Pêcheur

À titre d'information, saviez-vous que le Québec compte 43 phares dont 14 d'entre eux en Gaspésie? Les falaises du parc national de Forillon

Cap-des-Rosiers étant situé à proximité de l'entrée nord du parc  national Forillon, les visiteurs jouissent d'un panorama exceptionnel du parc et de ses montagnes, soit la chaîne des Appalaches qui termine son parcours au bout de la pointe de Forillon.

Comme on le voit sur la photo, ce sont des falaises très abruptes qui s'échelonnent sur plusieurs kilomètres et qui surprennent l'oeil du visiteur, tellement elles sont grandioses...

Dans cette mer faisant face aux falaises, on aperçoit au printemps plusieurs pêcheurs de homard.

 

   PARC  NATIONAL FORILLON

De Cap-des-Rosiers, nous entrons directement dans le Parc National Forillon. Ce parc fut créé en 1970 à la suite d'une expropriation douloureuse et contestée de sa population résidente, en majorité des familles de pêcheurs de morue, depuis environ 200 ans. En effet, quelque 200 familles furent déplacées.

Il faut s'arrêter absolument au centre d'interprétation pour bien comprendre tous les atouts du parc car il est immense mais  qui s'avère un lieu naturel à voir. La carte ci-dessous vous donne une idée de ce que ce parc peut comprendre.

 

Une carte sommaire du parc

 

Un survol géographique...

Rocher "Le Quai" au Cap Bon-AmiUn exemple de la nature du parc ForillonUne pointe de ce parc, surnommée Cap-Gaspé, s'avance dans le golfe Saint-Laurent où vient mourir la longue chaîne des Appalaches. C'est Forillon qui nous offre un décor impressionnant, un territoire sauvage et bousculé qui ressemble à une sculpture à ciel ouvert.  

Falaises escarpées, caps majestueux plongeant de façon spectaculaire dans le golfe du Saint-Laurent, littoral dentelé de petites criques et anses de sable, étendues de galets, prairies parsemées de fleurs sauvages… Partout des paysages grandioses où terre et mer s'opposent en un puissant contraste. 

Cette péninsule qui se jette à la mer est un paradis pour les 225 espèces d'oiseaux, dont plusieurs battent de l'aile au large de la côte sans s'arrêter, alors que d'autres, comme les mouettes, les godes et les guillemots, viennent nicher dans les falaises. 

Voilier dans la baie de GaspéUn paradis également pour les vacanciers qui peuvent marcher dans les sentiers de randonnée, admirer cette nature encore vierge, aller en bateau observer les phoques et les baleines, camper sur des terrains boisés devant la mer et même se baigner sur la plage de la presqu'île de Penouille, où l'eau est plus chaude et le sable plus fin.

Se souvenir que le monde sous-marin de Forillon est riche en: oursons, étoiles de mer, coquillages, etc...

Le parc comprend les secteurs nord et sud, deux centres d'accueil et un centre d'interprétation. 

Il compte 3 terrains de Camping aménagés pour 352 emplacements, soit: Cap-des-Rosiers, Cap Bon-Ami (tentes seulement) et Baie de Gaspé.  

En plus, un réseau de sentiers pédestres de plus de 70 kilomètres qui permet aux randonneurs de découvrir des paysages grandioses de mer et de montagnes. À ne pas oublier, le sentier du mont Saint-Alban qui nous mène à sa tour d'observation de 283 mètres.

Du Cap Bon-Ami, on voit le belvédère sur un rocher ainsi que les falaises de ForillonLe secteur  nord est caractérisé par la vue  unique et grandiose des immenses falaises qui s'affaissent dans la mer et qui abritent des milliers d'oiseaux marins ainsi que des phoques et des baleines.

Il faut se rendre à Cap Bon-Ami, endroit moins fréquenté mais Le fameux belvédère pris en plus gros pland'une beauté exceptionnelle pour admirer du haut différentes espèces d'oiseaux qui nichent dans les rochers abruptes du cap ainsi que la vue sur le secteur nord du parc. Cet impressionnant  belvédère s'avance dans la mer, d'où on a un panorama spectaculaire du cap, de la plage de galets et des falaises. 

À proximité, un sentier vous mène sur le rocher "Le Quai" ce qui nous permet de se rapprocher du spectacle des oiseaux marins. www.pc.gc.ca (418-368-5505)

De Cap Bon-Ami, on peut entreprendre le sentier du mont Saint-Alban (9,1 km aller-retour), l'un des plus spectaculaires, qui nous mène jusqu'à une tour d'observation à 283 m d'altitude. De là, nous avons des vues spectaculaires sur 360 degrés dont le cap Bon-Ami et le phare de Cap-des-Rosiers, le plus haut au Canada.

En plus d'admirer le village de Cap-des-Rosiers ainsi que la baie de Gaspé et la ville, par temps clair, on a une très belle vue du Rocher Percé et l'Île  Bonaventure.

Attention, il faut être en bonne physique pour  entreprendre ce sentier, car il  est montagneux.

C'est à Cap-des-Rosiers que l'on prend une croisière pour aller admirer les falaises et les rocherPoint de vue du haut de la tour jusqu'au phare de Cap-des-Rosierss du parc. 

Le secteur sud est caractérisé par différents bâtiments qui s'échelonnent le long de la côte, lesquels ont été préservé suite à l'expropriation. 

En commençant par Grande-Grave où on découvre le magasin et l'entrepôt Hyman & Sons, deux témoins de l'industrie de la pêche en Gaspésie. Ce fut d'abord une résidence construite en 1864 et qui est Maquereauxdevenue magasin général en 1918. On peut aussi visiter la maison typique d'un pêcheur. Un vidéo spécial est présenté sur demande pour découvrir comment vivaient, au début du XXe siècle cette population de pêcheurs gaspésiens exploitée par les grands marchands de morue des îles anglo-normandes. 

Aussi, une exposition intitulée « Vivre au rythme des saisons » traitent de la vie des habitants-pêcheurs qui ont colonisé la Gaspésie.

Puis à quelques centaines de mètres plus loin, nous sommes à la Maison historique de l'Anse Blanchette qui a gardé son cachet des années 1920 et qui offre des animations. L'endroit paisible et joli est une ferme typique avec toutes ses dépendances: la maison familiale Blanchette, la grange-étable, le hangar à poisson, les bécosses et le chaffaud. Le quai de Grande-Grave

À Grande-Grave, il y un quai où des gens s'amusent à pêcher du poisson, tel  le maquereau...

L'endroit est attrayant car il y beaucoup d'activités. Hé oui, les Croisières de la Baie de Gaspé vous amènent au large où il est possible, selon la saison, d'observer jusqu'à sept espèces différentes de baleines ainsi que des loups marins, des phoques et des petits pingouins.  Isabelle Richer et Luc Picard

L'excursion en mer permet aussi d'admirer les belles falaises de Forillon et de Cap-Gaspé. 

C'est aussi à Forillon que fut tourné le téléroman en 13 épisodes «L'Ombre de L'épervier» avec les deux principaux comédiens "Isabelle Richer" et "Luc Picard". Il a été porté à l'écran à partir du 5 janvier 1998.

Le splendide sentier qui nous mène à Cap-Gaspé, entouré d'épilodesDe Grande-Grave, débute le magnifique sentier surnommé «Les Graves» qui est un incontournable. Longeant la côte, nous avons une vue imprenable sur la mer, entendons le souffle des baleines et pouvons les observer tout près de la côte. De plus, on est entouré de fleurs, appelées "Épilodes" et on voit à notre droite la magnifique Baie de Gaspé, majestueuse et tranquille, bordée par une longue suite de caps, de criques et d'anses.

On passe à travers un cimetière respectueusement entretenu, nous rappelant que la vie s'est arrêtée à Forillon. On peut aussi voir dLe phare de Cap-Gaspées baleines plonger.      

De cet endroit, on a une vue magnifique sur une série de falaises découpées dans le roc. 

Le sentier mène jusqu'à la pointe de Forillon, soit Cap-Gaspé, d'une longueur de 7,6 km aller. Cap-Gaspé, signifie «au bout du monde», où se termine la chaîne des Appalaches. À cet endroit, on aperçoit le petit phare de Cap-Gaspé qui ne mesure que 12,8 mètres de hauteur et qui fonctionne toujours. Comme il est juché sur une falaise de 95 mètres, les marins peuvent voir sa lumière.

Depuis 1873, il sert de point de repère  pour les navires qui fréquentent la Baie de Gaspé. Autour de ce phare, il s'y trouve une aire de Le bout des falaises de Forillonrepos.    

Afin d'avoir une meilleure vue des falaises, nous avons pu prendre une photographie d'un grand tableau montrant la fin des falaises de Forillon comme on peut le voir sur la photo de gauche. C'est grandiose!!!

Avec l'aide d'escaliers, nous pouvons descendre le long des falaises et s'arrêter à un belvédère. À l'aide de jumelles, on peut apercevoir de phoques qui se délassent sur  des rochers. 

Pour celles et ceux qui veulent marcher moins longtemps, à la fin de la route, nous stationnons la voiture pour effectuer cette randonnée pédestre jusqu'à Cap-Gaspé.  

Comme autres activités dans le parc, on y trouve un centre récréatif avec piscine extérieure chauffée, terrain de tennCanon de Fort Péninsuleis, terrain de jeux, lavoir et restaurant.

Belvédère à Cap-GaspéAvant de quitter ce parc en direction de Gaspé, il faut s'arrêter à Fort Péninsule. Pourquoi? Cet endroit a joué un rôle, lors de la Seconde Guerre mondiale. En effet, la Défense Nationale du Canada y installa la seule batterie côtière de cette époque afin de protéger le port de Gaspé contre une éventuelle attaque ennemie. 

Aujourd'hui, on peut visiter les vestiges de cette batterie qui possède encore ses ouvrages de fortifications : canons, chambre forte en béton contenant les poudrières, magasins d’obus, et abris pour le détachement d’artillerie préposé à la garde et au maniement des canons.

En continuant notre route, toujours dans le parc, la presqu'île de Penouille, faisant face à la ville de Gaspé, mérite un arrêt si vous voulez voir une magnifique plage de sable, considérée comme unique en raison de son marais salé et dont les eaux sont les plus chaudes de la région. Du stationnement, On peut s'y rendre à pied (30 minutes de marche) ou à vélo ce qui nous permet de faire une belle promenade et d'admirer le paysage.

 

 

   GASPÉ

Un souvenir de l'arrivée de Jacques CartierUne plaque souvenirLa ville de Gaspé signifiant «fin de terre» est de nos jours la principale agglomération de la péninsule gaspésienne en plus d'être le berceau du Canada. C'est également un lieu culturel dont les diverses activités reflètent les origines cosmopolites : irlandaises, jersiaises, acadiennes, françaises et micmacs.

Érigée à flanc de montagne au milieu de la Baie, elle surplombe cette baie dans laquelle trois rivières à saumon y déversent leurs eaux : la Saint-Jean, la Darmouth et la York.

Quel panorama incomparable de cette baie qui a près de 30 kilomètres de longueur!!! Elle est considérée parmi les plus beaux ports naturels du monde.

Cet endroit fut découvert le 24 juillet 1534 par le navigateur français Jacques Cartier, comme on peut le voir sur la photo de cette plaque souvenir à Gaspé.

D'ailleurs, on a fêté son 475e anniversaire en terre gaspésienne en 2009.

La croixCe dernier a foulé le sol de la péninsule et planté sa croix. C'était le signe de la prise de possession du territoire au nom du roi de France.

Cette légendaire croix en bois fut remplacée en 1934 par une croix en pierre. Située près de la cathédrale du Christ-Roi, elle mesure 32 pieds et pèse 42 tonnes. 

Le Musée de la Gaspésie  fut érigé en 1977 sur la pointe Jacques Cartier, dominant la baie de Gaspé. On nous rappelle l'histoire et les traditions populaires et où l'on présente une exposition permanente sur la Gaspésie.

Le monument à Jacques Cartier, avoisinant le Musée de la Gaspésie, comprend 6 stèles sculptées avec desLe musée de la Gaspésie motifs désignant l'arrivée de Jacques Cartier à Gaspé, la rencontre avec les Amérindiens et l'érection de la croix au nom de la France, avec des citations au verso de chaque stèle.

C'est une oeuvre de la famille Bourgault de Saint-Jean-Port-Joli.

La cathédrale du Christ-Roi est la seule cathédrale en bois, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, d'Amérique du Nord.

Construite en 1969, elle fut bénite le 20 septembre 1969 par Mgr Gilles Ouellet, archevêque de Rimouski. Elle se distingue par son Le monument à Jacques Cartierarchitecture exceptionnelle qui la place à la frontière de la tradition et de la modernité.

Cette cathédrale fut reconnue en janvier 2001 "monument historique" par le "ministère de la Culture et des Communications duLa cathédrale Québec" en raison d'un remarquable intérêt artistique et d'un héritage exceptionnel pour la collectivité.

Un autre endroit qui attire bien des regards est La Maison William Wakeham. Construite en 1860, elle constitue un élément majeur du patrimoine gaspésien.

Classée monument historique en 1987 par le gouvernement du Québec, elle tire son nom de son célèbre propriétaire William Wakeham (1845-1915) qui fut tour à tour médecin, juge de paix, surintendant des pêches et commandant d'expédition dans l'Artique. 

Cette demeure serait la seule résidence ancienne en pierre, de toute la péninsule gaspésienne.

Les diverses pièces s'offrent donc aux visiteurs, truffées d'objets anciens, de livres et de meubles qui ont souvenance des us et coutumes anglo-normands : le salon des hommes, le boudoir des femmes, le couloir des domestiques ainsi que deux chambres à coucher à l'étage. Elles sont très La promenade construite en boisspacieuses, avec un beau plancher verni et une grande douche. Quant à la réception et la salle à manger, ces deux pièces sont décorées comme un vieux manoir.La maison William Wakeham

L'endroit, situé au 186 rue de la Reine (rue principale) à Gaspé, sert aussi d'ébergement où l'on offre une gastronomie  régionale dans une endroit historique et paisible.

Une balade sur la rue Reine vous fera aussi découvrir plusieurs petites boutiques et vous mènera au Marché des Saveurs gaspésiennes où l'on peut faire le plein de produits régionaux.

Le centre-ville de Gaspé est relié au Musée de la Gaspésie par une magnifique promenade en bois, d'environ un kilomètre, qui longe la baie de Gaspé. L'endroit est idéal pour prendre une marche relaxante tout en tout en jetant un regard sur la baie et sur la marina.

Avant de quitter Gaspé, il est important de souligner que ce fut un endroit stratégique, lors de la seconde guerre mondiale, pour la défense du Canada contre des incursions de sous-marins allemands. Entre 1942-1944, les Nazis envahirent le fleuve. On installa donc à Gaspé et plus précisément à Sandy Beach la base navale de "Fort Ramsay" avec 3 000 hommes ainsi que de nombreux phares le long des côtes. 

L'armée installa aussi un filet métallique géant, soutenu par des bouées flottantes, pour bloquer l'accès aux sous-marins allemands.

Aujourd'hui, des vestiges de certains forts sont conservés. On peut voir "Fort Péninsule" à l'entrée du parc Forillon, tel que nous avons fait part plus haut ainsi que la base navale de "Fort Ramsay" à Sandy Beach. Il y aussi celui de "Fort Prével" que l'on peut voir et que nous décrirons, lors de notre route vers Percé.

  

La tête d'indien

SAINT-GEORGES-DE-MALBAIE

Avant d'arriver à Fort-Prével, sur votre gauche lorsque vous venez de Gaspé, vous verrez un rocher à tête d'indien. Il aurait été sculptée par l'érosion. 

C'est vraiment une curiosité à voir...

 

 FORT-PRÉVEL

L'entrée du complexeImaginez un promontoire s'avançant dans la mer admirablement aménagé et sur lequel s'élèvent une auberge et des chalets avec l'une des meilleures tables de la Gaspésie! 

En surplus, un terrain de golf de 18 trous, des terrains de tennis, une piscine et un terrain de camping... C'est Fort-Prével. L'auberge

De l'auberge, nous avons un panorama inoubliable sur la baie de Gaspé et Cap-Gaspé situé à l'extrémité de la péninsule de Forillon.

Cette auberge est effectivement située sur les vestiges d'une  ancienne batterie côtière qui constituait un avant-poste de défense lors de la Seconde Guerre mondiale. 

Le but était de protéger le fleuve Saint-Laurent contre des sous-marins allemands qui menaçaient les navires de ravitaillement en route vers l'Europe.

Au cours de la 2e guerre mondiale, devant les intrusions meurtrières des sous-marins allemands, le gouvernement de l'époque décida de fortifier l'entrée de la baie de Gaspé, dans le but de protéger la base navale de Fort Ramsay, située à Sandy Beach.

Le panorama du club de golfC'est ainsi qu'on construisit quatre établissements militaires: les forts Péninsule, Ramsay, Haldimand et Prével.

Bâti en 1942-1943, Fort Prével fut doté des deux plus gros canons du Canada pour détruire les bateaux de l'ennemi, mais ces derniers ne devaient jamais servir car les allemands décidèrent de quitter les eaux canadiennes.

C'est finalement à titre touristique que Fort-Prével, situé à mi-chemin entre Gaspé et Percé, allait connaître ses plus grandes heures de gloire.

Le parcours du terrain de golf de 18 trous, incluant un par 6 de plus de 702 verges, possède un panorama époustouflant de la façon dont il est situé près de la Baie de Gaspé. Son décor enchanteur provient de cette nature de la péninsule qui l'entoure.

Par exemple, le tertre de départ du premier trou est sur les vestiges de fortifications érigées pour protéger la baie de Gaspé des sous-marins allemands. 

Pour les amateurs de golf, prenez connaissance d'une description plus détaillée de ce club, de par l'article ci-joint de La Presse, daté du 09 août 2011.

 

COIN-DU-BANC

L'aubergeCe petit hameau, situé à six kilomètres de Percé, existe aujourd'hui en raison d'une entreprise de transformation du homard qui opéra dans les années 1800... Une idée de la décoration de la salle à manger

Oû l'on trouve des agatesLes bâtiments ont été restaurés et aménagés par un exproprié de l'Île Bonaventure de descendance irlandaise  ainsi que par sa femme pour en faire l'auberge "Le Coin du BL'identification de l'aubergeanc", avec ses pignons verts irlandais.

Ce qu'il y a de spécial dans cette auberge, c'est lorsque vous entrez dans le restaurant, vos yeux sont inondés de plusieurs d'articles,  suspendues aux murs, utilisés il y a plusieurs décennies. 

L'endroit est aussi reconnu pour sa bonne cuisine québécoise familiale. 

Coin-du-Banc est aussi réputé pour ses agates que l'on trouve sur la plage et qui font le bonheur des collectionneurs.



PERCÉ

Les côtes avant notre arrivée à PercéPercé s'étend sur environ trois kilomètres entre le Pic de l'Aurore et la Côte Surprise et est reconnu mondialement pour la beautLe blason de Percéé de son paysage et de son patrimoine. Il doit son nom au rocher Percé. Samuel de Champlain mentionne cette merveille dès 1603 sous l'appellation « Isle Percée ». (Référence: Wikipédia)
 

Ce petit village, que nous atteignons par une route montagneuse et très tortueuse, est niché dans un paysage bucolique formé des caps du Pic de l'Aurore, Mont-Joli, des Trois-Soeurs, des Mont Sainte-Anne et Mont-Blanc. 

Avant d'entreprendre ces côtes figurant sur la photo de gauche, il y une importante halte routière juchée sur un rocher où l'on admire le paysage de l'environnement de Percé.Une vue globale du village, du rocher et de l'île

En redescendant cette montagne comme on le voit sur la  photo ci-dessous, nous sommes en face d'un paysage de surprise en apercevant en même temps, le Rocher Percé, le village et, au loin, l'Île Bonaventure.

Célèbre centre touristique, Percé occupe ainsi un site exceptionnel. Le décor naturel et grandiose présente plusieurs phénomènes naturels différents dans un périmètre restreint dont le Roché Percé et l'Île Bonaventure. 

La rue principale est bordée par de nombreuses petites boutiques, galeries d'art et de très bons restaurants. Pour mieux les  connaître, prendre connaissance des sites Gaspésie Gourmande ainsi que Les Meilleures Tables du Québec - Gaspésie.

Le quai de PercéIl faut aussi aller marcher sur la promenade, au bord de l'eau. Nous en avons plein les yeux avec le Rocher Percé, l'Île Bonaventure, le quai avec ses bateaux et  les nombreuses mouettes qui tourbillonnent au-dessus de nos têtes.

Toute personne qui visite Percé se demande qui peut bien habiter cette majestueuse résidence blanche au toit rouge située au sommet du cap Canon sur le mont-Joli, près du Rocher Percé et qui ne peut passer inaperçue en raison de sa situation...

Construite en 1888 par l'artiste peintre américain Frederick James (1845-1907), ce dernier venait passer l'été à Percé tout en continuant son travail.

Lorsqu'on se rend au sommet du Mont Joli via un sentier bien aménagé afin de voir le Rocher Percé dans toute sa splendeur, on passe non loin de cette villa.

La maison de Frederick jamesAujourd'hui, cette propriété appartient à l'Université Laval de Québec, et ce, depuis novembre 2007. Toutefois, l'établissement accueille chaque année, depuis 2002, des étudiants dans le cadre de l'École internationale d'été à Percé. On offre notamment des formations dans les domaines des arts visuels, de l'architecture et du design.

Cet établissement est reconnu et protégé depuis 1973 par la Loi sur les biens culturels du gouvernement du Québec.

Le bout du mont_Joli faisant face à la pointe du Rocher PercéEt maintenant , quelques mots sur certains monts.

Le Mont-Sainte-Anne, d’une altitude de 340 mètres, se dresse, tel un immense amphithéâtre, sur la baie de Percé. 

Comment s'y rendre? Derrière l'église Saint-Michel à Percé, on accède à un sentier panoramique avec 5 belvédères qui nous conduit à son sommet, couronné de la statue de Sainte-Anne, patronne des pêcheurs et lieu de pèlerinage.

Et quelle vue au sommet! De là, il déploie un vaste éventail à couper le souffle de sa côte, son rocher, son île, ses anses, ses caps et ses falaises.

Comme on peut le voir sur la photo de gauche, nous avons un décor panoramique avec la pointe du Mont-Joli et sa croix, faisant face au Rocher Percé. D'ailleurs, un sentier débutant au centre de Percé nous conduit jusqu'à la croix. Ça vaut le détour... Logo de l'Association des plus beaux villages du Québec

Selon le National Geographic, le mont Saint-Anne à Percé est la troisième plus belle destination au monde en terme de randonnée pédestre.  

Le Pic de l’Aurore est un promontoire haut de 195 mètres. Il nous offre d’une part, une vue insoupçonnée sur le Rocher Percé. C’est un site idéal pour observer, depuis la côte, les baleines dont les plus fréquentes sont : le petit rorqual, le rorqual commun et le rorqual à bosse. 

La route des Failles à travers les montagnes de PercéLes amateurs de photographie en sont choyés et c'est une inspiration pour nombre d'artistes. D'ailleurs, l'Association des plus beaux villages du Québec l'a intégré dans sa liste.

Si vous passez à Percé, faites un détour au 9  rue Sainte-Anne pour découvrir la Boulangerie - Pâtisserie Do-Ré-Mie Inc. Cet L'auberge du Gargantuaendroit existe depuis 1983 et le propriétaire vous offre un produit de grande qualité dont du pain artisanal, pâtisseries diverses régionales et françaises et nombreux pâtés, dont celui à la morue fumée.

Et pour terminer, prenez la route des Failles, non loin du centre du village, laquelle passe en avant de l'auberge du Gargantua pour revenir à l'entrée ouest du village. 

La route est très sinueuse avec une demi-douzaine de virages en aiguille mais qui nous fait découvrir les panoramas montagneux de Percé.

Pour les amoureux de l'information, si vous voulez en savoir davantage sur Percé et ses attraits environnants, regardez "Village en vue"; vous serez comblés de constater la qualité de ce site. 

 

   ROCHER PERCÉ

Le rocher dans toute sa splendeurCet imposant emblème de la Gaspésie surgit comme une surprise. Que vous l'approchiez par le sud ou par le nord de la route #132, aucun indice ne vous permet de deviner sa présence jusqu'à ce que vous vous retrouviez soudainement face à ce mastodonte.

Le célèbre rocher marin, d'environ 5 millions de tonnes, est composé de calcaire jaune et rouge. Il constitue l'attrait touristique naturel le plus célèbre de tout le Québec et est toujours un sujet d'émerveillement pour les touristes qui viennent le voir chaque année, depuis la fin du XIXe siècle. En résumé, il attire tous les regards car il demeure l'un des sites les plus photographiés.

À marée basse, il y a beaucoup d'activités près du rocherLe rocher,  mesurant 438 mètres de longueur, par 90 mètres de largeur et environ 70 mètres de haut, perd régulièrement des pierres, en moyenne, 300 tonnes par an. Ce phénomène est attribuable à l'érosion. 

Auparavant, il y avait deux trous dans le rocher. Ce qui restait de la seconde arche s'est effondré le 17 juin 1845, laissant orphelin l'obélisque qui se dresse à l'extrémité de la presqu'île. La raison est que, malgré son âge respectable de quelque 365 millions d'années, ce rocher n'est pas éternel. On estime donc que l'arche actuelle disparaîtra dans environ 400 ans.

À marée basse, un cordon de sable et de cailloux le relie à la terre ferme, soit à la hauteur du Mont-Joli de sorte que l'on peut même se rendre à pied jusqu'au Le trou avec ses 15 mètres de hauteurrocher. Un  naturaliste est sur place pour expliquer le site. 

Un conseil : il vaut mieux résister à la tentation d'aller franchir le trou dans le roc. L'endroit est instable en raison des roches qui sont mouillées et il est fréquent que des morceaux de pierre plus ou moins gros s'affaissent.

Pour bien admirer le trou, rien de mieux que de faire une excursion près du Rocher Percé et autour de l'Île Bonaventure. On ne va pas à Percé sans faire un détour pour voir le trou de 15 mètres de hauteur dans ce rocher qui se découvre dans toute sa majesté. Lors de l'excursion, le capitaine du bateau s'approche assez prêt de cet attrait touristique.

Et pour terminer, Florian Bernard de Florimage a bien décrit et photographié ce fameux rocher de par son diaporama intitulé: Le Rocher Percé, joyau de la Gaspésie.  

P.S. Pour pouvoir visionner ce diaporama, il faut l'ouvrir en "lecture seule".

 

ÎLE BONAVENTURE

L'Île Bonaventure comme fond d'écranNous nous aventurons maintenant au large de Percé où se profile l'Île Bonaventure, devenue parc national en 1985. Cette île donne l'impression d'une baleine géante échouée sur un récif.

Autrefois habitée par quelques familles de fermiers jusqu'en 1963, l'île Bonaventure n'est plus peuplée que par 11 espèces différentes de colonies d'oiseaux marins (environ 300 000). Ce sont le cormoran noir, l'albatros, la mouette tridactyle, le pingouin gris, le macareux moine, le macareux noir, le gode, le guillemot marmette, la marmette de troil et le Fou de Bassan, etc... Ce dernier est le plus grand et le plus beau de ces oiseaux très impressionnants.  C'est donc avec raison que cette île fut déclarée "Sanctuaire d'oiseaux migrateurs" en 1919.

Quelques vestiges sur l'Île Bonaventure que les touristes peuvent visiterAvec ses 130 000 fous de Bassan, en moyenne deux fois plus gros que des goélands, l'île abrite, depuis 2008, la plus grande colonie au monde. 

Comme les animaux prédateurs sont absents dans l'île et que la nourriture est abondante, ce nombre augmente augmente de 3% par année et, à moins d'une catastrophe naturelle, tout indique que la colonie continuera de s'agrandir. 

Parmi ce nombre, 30% vivent dans les falaises rouges qui s'élèvent jusqu'à 75 mètres de hauteur et 70% font leurs nids sur le plateau de l'île.

Située à 3.5 kilomètres au large de la ville de Percé, donc visible du rivage, elle est accessible par bateau à partir de Percé.

L'excursion qui dure une heure est agréable car on vogue près du Rocher Percé dont nous pouvons mesurer tout le gigantisme. D'ailleurs, c'est l'attraction la plus intéressante de Percé. Par la suite, le bateau continue son périple vers les falaises de l'Île Bonaventure. En la contournant, nous devenons presque étourdis à regarder des milliers d'oiseaux passant par devant, par derrière, par dessus, partout...

Et comme si ce n'était pas assez, des phoques et, parfois même des baleines, qui viennent faire leur tour. C'est un spectacle fascinant... Un couple de Fous de BassanDeux amoureux

Finalement, nous débarquons sur l'île. Bien qu'inhabitée depuis 1970, on retrouve quelques vestiges de l'époque de la pêche à la morue dont la maison Le Bouthillier, où logeait les gérants des installations de pêche, jusqu'en 1927. 

Par la suite, les visiteurs empruntent un sentier facile de 2,7 kilomètres qui, au terme de cette randonnée les amènent au sanctuaire d'oiseaux des fous de Bassan.

Là, commence le clou du spectacle et il est saisissant! Grâce à des passerelles très bien aménagées et à une tour d'observation, on vit des moments particuliers et très spectaculaires en observant le comportement de ces élégants oiseaux.

Sur le plateau, on voit les couples, pendant leur séduction, se faire des accolades, des prises de bec, s'étirer le cou et les ailes. 

La femelle y pond un seul oeuf blanc bleuté que les deux partenaires incubent à tour de rôle pendant environ 6 semaines. Nourri par ses parents pendant 90 jours, le jeune fou de Bassan passe de 70 grammes à la naissance à 4 kilos.  Ils cherchent leur proieQuels yeux!!!

D'autres planent haut dans les airs avant de plonger comme des flèches dans la mer à une vitesse de l'ordre de 60 à 90 km/h lorsqu'ils aperçoivent une proie telle que le maquereau, hareng, capelan, lançon ainsi que le calmar. Sa vue est si perçante qu'il repère un banc de poissons à 40 mètres de  hauteur. 

En arrivant à l'eau, cela crée une onde de choc qui assomme alors les poissons ce qui lui rend la tâche facile de les avaler avant même de  regagner la surface. La profondeur de leurs plongées peut aller jusqu'à 20 mètres. C'est leur nourriture de prédilection.

 D'abord, ils nous assourdissent de leurs cris perçants et leur piaillement en plus de sentir une odeur suffocante.

Mais ne vous y trompez pas, malgré le brouhaha et l'odeur, le spectacle est inoubliable avec autant d'oiseaux rassemblés dans un même endroit.

Quel beau maquillage naturel!Hé oui, c'est avec curiosité qu'on admire leur plumage d'un blanc  immaculé, au cou d'un délicat jaune d'or pastel. Un trait de crayon noir souligne avec  perfection les détails de leur bec. Leurs yeux sont bleu clair cerclés de noir.

C'est le plus grand oiseau de mer sur l'île. L'envergure de ses ailes atteint 1,80 m et pèse environ 3,2 kg. 

Sa longévité est d'environ 20 ans.

Mais d'où vient ce nom de fous? Les "vieux loups de mers" se réfèrent aux récits de leurs ancêtres ayant observé des fous de Bassan qui plongent de si haut pour si peu de résultats ont largement contribué à cette appellation. (Journal de Montréal, 17 juillet 2010)

De la mi-avril jusqu'au  mois  d'octobre, ils sont présents sur l'île qui pour eux est un paradis. 

Ils  hivernent le long des côtes depuis la Virginie jusqu'à la Caroline du Sud.Le rocher et les côtes de Percé

D'autre part, il n'y a pas que les oiseaux à voir. L'île est entourée d'un sentier pédestre qui forme une boucle de 8,4 kilomètres et qui permet d'observer tous La page couverture du livreces oiseaux.

On peut aussi s'enivrer de l'odeur et des couleurs des fleurs sauvages, assaisonnées des odeurs du bord  de la mer. Et finalement, admirer les phoques qui s'ébattent au large de l'île.

Comme récompense, la fin de la  randonnée nous offre une très belle vue sur le village de Percé et son rocher.

Avant de terminer, il est important de mentionner que la poétesse et et romancière québécoise "Anne Hébert" (1916-2000) a publié en 1982 un livre intitulé « Les fous de Bassan » pour lequel elle obtient le Prix Fémina. 

Le résumé de son livre, pris sur Internet, se lit comme suit: " A travers un récit composé de journaux intimes, de confessions, d'extraits de lettres et de livres, ce roman nous plonge dans l'univers de deux jolies jeunes filles, deux soeurs qui disparaissent au cours de l'année 1936, dans un petit village anglophone de la Gaspésie".

 

 L'ANSE-À-BEAUFILS

Le bâtiment "la Vieille Usine"L'Anse-à-Beaufils, situé à une dizaine de minutes de Percé, nous fait  découvrir le centre d'art "la vieille Usine" de son village dont Lison Grenier est la cofondatrice et directrice. Ce centre a ré-ouvert en l'an 2000 et est devenu l’un des endroits recherchés des artistes québécois de passage en Gaspésie. D'ailleurs, on expose les œuvres de plus d’une cinquantaine d’artistes et artisans gaspésiens et québécois.

 Quant à l'édifice, c'est la compagnie "Robin Jones and Whitman Limited" qui le fit construire en 1928.

Le quai

Le nom du village vient d'un français nommé "Bonfils" qui serait demeuré ici aux premiers temps de la colonie.

Outre le fait que l’usine jouisse d’une impressionnante vue sur la mer et qu’elle soit située dans un cadre des plus enchanteur, c’est l’historique du bâtiment et l’histoire derrière la réouverture de ses portes qui confèrent à l’endroit un charme unique en son genre.

En 1998, alors que l’ancienne usine de transformation de morue était vouée à la démolition, Lison Grenier et son mari caressent  l’idée de sauver ce monument historique en le transformant en une imposante plateforme culturelle.

Ce bâtiment comprend  une salle de spectacle, un café-bistro, son magasin général, un studio d’enregistrement et une salle d’exposition pour les oeuvres des artistes et des artisans de la région.

Lorsque nous franchissons ce bâtiment historique de 1928, nous nous sentons complètement à une autre époque avec les costumes des animateurs, les tablettes garnies d'antiquités en plus de l'environnement tout de vieux bois.

Et pour ajouter à la beauté des lieux, un joli havre de pêche se trouve à quelques mètres seulement du bâtiment principal. La photo parle par elle-même...

 

 LA BAIE-DES-CHALEURS

Endroit précis de la Baie des ChaleursLa route se poursuit vers La Baie-des-Chaleurs avec notre entrée dans le village de Saint-Godefroid et s'étendra jusqu'à Ristigouche. 

Quel contraste avec le côté nord montagneux de cette Gaspésie! Ici, c'est la  plat le long de la côte avec une route aussi panoramique et ses montagnes comme fond d'écran.

Le logotypeEn effet, sa géographie fait d’elle un endroit idéal pour les plaisanciers de la mer, ainsi qu’à ses conditions de navigations calmes, idéales pour les débutants.

Ce n'est pour rien que La Baie-des-Chaleurs, à cause de sa grande  beauté et sa  qualité exceptionnelle, figure au club  sélect des  Plus Belles Baies du Monde depuis mars 2004. Elle devient ainsi le 31e membre de ce club fondé en 1997 à  Berlin.

En provenance du Québec, les rivières suivantes se déversent dans cette baie, soit Matapédia, Cascapédia, Bonaventure et Grand Pabos.

Cette baie est le bras le plus large du golfe du Saint-Laurent, séparant la péninsule gaspésienne de la province du Nouveau-Brunswick. 

Plage à Paspébiac dans la Baie des ChaleursUn survol historique : cette baie fut colonisée par des acadiens qui ont fui les soldats anglais, lors de la déportation en 1755. Ils provenaient de la province de Nouvelle-Écosse.

Mais quelle est la cause de la venue de d'autres ethnies dans cette partie de la Gaspésie? Après recherche, on découvre qu'à partir de 1775 et jusqu'à la fin de la guerre d'indépendance américaine en 1782, des loyalistes restés fidèles à la couronne anglaise fuirent les États-Unis et se réfugièrent au pays. C'est ainsi que quelques 200 familles s'installèrent à Douglastown près de Gaspé, New-Carlisle et New-Richmond.

Par la suite, une nouvelle vague d'immigration devait déferler en Gaspésie au milieu du XIXe siècle. Cette fois, il s'agissait d'Irlandais chassés de leur pays par la famine.

Ce qui est typique, c'est que la Gaspésie en conserve encore la marque tant par ses toponymes que par les différents accents qui se succèdent d'un village à l'autre.

Aujourd'hui, 65% de la population de la Baie-des-Chaleurs serait de souche acadienne. 

 

 PASPÉBIACD'autres bâtiments du site historique

L'entrée principale du site historique du Banc-de-Pêche-de-PaspébiacSuite à notre entrée dans la Baie-des-Chaleurs, Paspébiac, capitale historique de la pêche en Gaspésie, est la première localité d'importance à visiter. 

La plupart des résidents sont des descendants de familles basques, mais on y retrouve également des gens dont les ancêtres sont venus de la Normandie et d'Acadie. 

On appelle les résidents de cette ville, les Paspéyas.

Paspébiac a principalement été mis sur la carte par deux entreprises anglo-normandes, la "Charles Robin Company" et la "Le  Boutillier Brothers" qui eurent une grande influence sur  l'industrie de la pêche. Elles fabriquaient et exportaient la morue salée-séchée.

D'abord, la "Charles Robin Company" y installa en 1766 son entreprise qui exploitait un certain nombre de postes de pêche le long de la côte de la Baie-deLa promenade à travers les marécagess-Chaleurs. 

Par la suite, La compagnie "Le Boutillier Brothers", voulant faire concurrence, est venue s'installer à proximité.

La passerelle reliant le camping au site historiqueAujourd'hui, ce site historique animé du  Banc-de-Pêche-de-Paspébiac, situé sur une dune, regroupe onze bâtiments historiques reliés à la transformation de la morue. Cet endroit relate aussi de l'authenticité des lieux et du rôle joué par Paspébiac dans le développement de la Gaspésie. Adresse : 3e rue, Paspébiac. Information : 418-752-6229.

C'est pourquoi, le gouvernement du Québec l'a classé en 1981 comme site historique. Par la suite, soit en 2002,  la Commission des lieux et monuments historiques du Canada a fait de même.

Le bâtiment principalC'est un attrait unique qui vaut le détour en raison de la beauté et de l'importance du site ainsi que des guides inteUne famille de canards aperçue dans les marécagesrprètes qui racontent l'histoire de la pêche commerciale de la morue. 

En plus, on y retrouve une exposition permanente, une animation théâtrale, des présentations multimédia, des expositions thématiques, une boutique et un restaurant spécialisé en poissons et fruits de mer.

Pour les amateurs de plein air,  rappelez-vous que le camping "Paspébiac-sur-mer" est situé  près de l'eau et est voisin du site historique. On peut voir sur la photo de gauche la passerelle reliant le site historique au camping. Un endroit à recommander.

Il y a aussi une longue promenade en bois, près du site historique, qui surplombe les marécages. L'endroit est superbe et très relaxant en plus d'avoir l'opportunité de voir différents oiseaux et canards. 

 

NEW CARLISLE

René LevesqueFondé en 1784, le village fut colonisé par des loyalistes américains qui s'y fixèrent à la suite de la signature du traité de Versailles, reconnaissant l'indépendance des États-Unis en 1783.

Maison MagoireCe plaisant village est doté de quelques églises de diverses religions, rappelant celles de la Nouvelle-Angleterre.

Il possède aussi de superbes maisons de style Nouvelle-Angleterre.

New Carlisle est aussi connu comme le lieu où René Lévesque a vécu sa jeunesse, bien qu'il soit né à Campbellton, Nouveau-Brunswick.

On sait qu'il fut le fondateur du parti Québécois et le premier ministre du Québec de 1976 à 1985. Une statue est érigée en son honneur au centre du parc municipal.

Un fait typique qu'il faut se rappeler en passant à cet endroit : les bornes-fontaines sont peintes de couleurs différentes et représentent des héros populaires de dessins animés. Belle initiative!!!

New Carlisle est le premier endroit dans l'est du Québec où la première radio francophone est entrée en ondes, soit en 1933.

 

BONAVENTURE

Le musée acadienLa petite ville fut fondée par des Acadiens, provenant des villages de Beaubassin, Grand-Pré et Port-Royal situés en Acadie, première colonie française de l'actuelle péninsule de la province de la Nouvelle-Écosse, cédée à l'Angleterre en 1713 via le traité d'Utrecht.

La population, refusant de prêter allégeance au roi George, fut déportée en 1755. C'est ainsi qu'on les a appelés : « Les exilés du Grand Dérangement ». Plusieurs personnes trouvèrent alors refuge au Québec, principalement dans cette région de la Gaspésie. 

C'est ainsi que cette localité a célébré en 2010 ses deux cent cinquante (250) ans d'histoire.

Le drapeau acadien Aujourd'hui, Bonaventure est l’un des bastions de la culture acadienne dans la Baie des Chaleurs. D'ailleurs, leur Musée acadien retrace le périple des Acadiens du Québec et d’ailleurs en Amérique et présente les traditions et l'histoire acadiennes.

L'endroit est une destination touristique enviable grâce à la nature et au patrimoine historique qu'elle possède. Cet héritage se manifeste surtout par l'omniprésence de son drapeau acadien et par plus de 3500 objets reliés à sa culture matérielle.

 La mission principale de ce musée est de faire connaître l'Acadie et les Acadiens au Québec.Camping Beaubassin

On  a l'opportunité d'acheter des articles fabriqués de cuir de poisson, uniques au monde, tels que : porte-monnaie, sacs à main, etc... 

Autour du musée, on peut voir la reconstitution d'un village d'antan.Club de golf Fauvel

Il s'y trouve aussi le Bioparc, un parc éducatif qui vous fera découvrir les cinq écosystèmes de la région, soit la baie, le barachois, la rivière, la forêt et la toundra. On peut aussi observer le long d'un sentier de 1.5 kilomètres une quarantaine d'espèces animales indigènes de la Gaspésie, dont le couguar, le lynx, l'ours, le caribou, le chevreuil, la loutre, etc...

La municipalité jouit  d'une petite station balnéaire incluant le magnifique terrain de camping Beaubassin qui bénéficie à la fois d’une plage sablonneuse, d'une  marina et d'un quai.

Comme autre activité  extérieure, le club de golf Fauvel avec son architecture exceptionnelle attire les amateurs de golf.

Pour les amateurs de vélo, vous êtes choyés avec une belle piste cyclable de 4 kilomètres qui longe la mer et la ville.

En résumé, un arrêt à Bonaventure est fortement recommandé en raison de la beauté des lieux et de la chaleur de ses habitants...

 

CARLETON-SUR-MER

La ville de Carleton avec comme fond d'écran le mont Saint-JosephReconnue depuis longtemps comme un centre de villégiature, la ville de Carleton-sur-Mer était déjà idenLa chapelle du sanctuairetifiée au milieu du XIXe siècle par les gens de la ville pour leurs vacances.

La raison est que la Baie des Chaleurs, étant protégée des vents du nord par les montagnes, elle possède un véritable microclimat qui tempère ses eaux. 

Pour Carleton, ces montagnes et particulièrement le Mont Saint-Joseph qui domine la ville, ça lui donne un cachet particulier.

Le Mont Saint-Joseph, d'une altitude de 555 mètres, est un incontournable. C'est le seul endroit d'où l'on a une vue insaisissable sur l'immensité de la Baie des Chaleurs, via sa passerelle et ses belvédères.

On aperçoit aussi la côte acadienne du nord de la province du Nouveau-Brunswick, par temps clair.  Le terrain de camping de Carleton-sur-Mer

Le mont est accessible par une route asphaltée qui nous conduit jusqu'au sommet. On découvre alors le sanctuaire Notre-Dame-du-Mont-Saint-Joseph. À l'intérieur, on voit une crèche entièrement faite de coquillages. Il y a aussi sur les lieux une boutique de souvenirs, une galerie d'art, un aire de pique-nique et des sentiers pédestres.  

Adresse : 837, rue de la Montagne, Carleton-sur-Mer. Information : (418-364-3723)

Et puis, impossible de parler des plages de Carleton-sur-Mer sans dire un mot de leur superbe camping municipal, l'un des plus beaux campings du Québec.

C'est un véritable paradis pour les campeurs de par sa localisation et ses paysages maritimes époustouflants.

Avantageusement situé sur un bras de terre sablonneux qui s'avance dans la mer, ce camping municipal est bordé de plages et offre une vue Le club de Golf de Carleton-sur-Merépoustouflante sur la ville elle-même ainsi que sur le mont Saint-Joseph. 

Du panoramique club de golf, nous avons aussi  une vue panoramique de ce bras de terre ainsi que du mont Saint-Joseph.

Du camping, une belle piste cyclable asphaltée de 4 kilomètres nous conduit jusqu'au centre-ville. Kevin parent

En terme de "plein air", le magazine Géo Plein Air a déterminé, suite à un concours, les 50 municipalités "les plus plein" au Québec, en 2011. Les municipalités de Carleton-sur-Mer et Maria ont obtenu le 6e rang.

En plus, il s'y trouve un important centre de  Thalassothérapie Aqua-Mer où l'on offre des soins à l’eau de mer directement pompée de la Baie-des-Chaleurs.

Pour celles et ceux qui connaissent le sympatique chanteur gaspésien "Kevin Parent", ce dernier, bien qu'il soit né sur la Rive-Sud de Montréal, a passé son enfance et a grandi dans le petit village de "Nouvelle", situé à proximité de Carleton-sur-Mer. 

Ce chanteur attachant et à l'accent acadien a récolté plusieurs Féfix dont celui d'interprète de l'année en 1996.

 

MIGUASHA

Le muséeLe Parc national de Miguasha, situé à l'ouest de Carleton, renferme un site fossilifère unique et très réputé, soit le 2e en importance dans le monde.  Un fossile soudé à une pierre

Il est réputé pour l'abondance, la quantité, la diversité et la qualité de conservation de spécimens de plantes et de poissons. Ceux-ci dateraient de 380 millions d'années! 

Des guides nous racontent la vie de ces poissons et de ces plantent fossiles comme elle existait il y a 380 millions d'années...

 Voilà ce que vous pourrez découvrir dans cet exceptionnel joyau québécois que représente ce parc ainsi qu'un magnifique musée. 

Il figure depuis 1999 sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO qui l'a reconnu comme site naturel exceptionnel. 

Depuis 1842, au moins 16,000 précieux fossiles, soit des empreintes d'animaux, d'insectes et de plantes incrustés dans ses falaises millénaires, y ont été dégagés et étudiés par les plus grands spécialistes.

Ce Musée paléontologique expose les fossiles découverts dans les falaises environnantes. Le centre d'interprétation abrite une collection permanente de plusieurs spécimens intéressants et d'une qualité exceptionnelle dont 13000 furent trouvés à Miguasha et 9000 qui viennent d'ailleurs. Au laboratoire, vous découvrirez les méthodes employées pour dégager les fossiles et les identifier. 

La maquette du Machault

 

POINTE-À-LA-CROIX

Cette petite municipalité est située en face de la ville de Campbelton au Nouveau Brunswick. En 1962, on construisit un pont reliant les deux municipalités. 

À Pointe-à-la-Croix, on y découvre le musée Bataille-de-la-Ristigouche, lieu historique national du Canada.

Dans ce musée, on commémore la dernière bataille navale entre la France et l’Angleterre en 1760 pour la possession de l’Amérique et qui marqua la fin du régime français en Nouvelle-France. 

Vous pourrez voir les vestiges de la frégate française Le Machault, récupérés lors de fouilles archéologiques sous-marines. Cette frégate de fut coulée dans la Baie des Chaleurs par les anglais, lors de la dernière bataille.

Ce bateau transportait 550 tonneaux, 28 canons et 250 hommes d'équipage lorsqu'il est parti de la France. 

 

VALLÉE MATAPÉDIA

Rivière MatapédiaAprès avoir quitté la Baie des Chaleurs, nous traversons la vallée de la Matapédia  en longeant la rivière du même nom sur une distance d'environ 65 Km pour se terminer au lac Matapédia, une beauté encore sauvage qui nous procure une véritable sensation de calme.Le lac Matapédia

C'est aussi le début la rivière de la Matapédia que nous longeons par la route #132 sur toute sa longueur, réputée mondialement pour la pêche au saumon. 

C'est un cours d'eau magnifique avec ses gros saumons, ses fosses célèbres et ses paysages superbes... Elle est surnommée la « Capitale du saumon ».

Pour les amateurs de  pêche, la meilleure période se situe entre le 20 juin et le 10 août. 

Finalement, nous aboutissons au grand lac Matapédia, joyau de cette vallée, que ne saurait rester différent devant son ampleur et sa magnificence. Il s'épate d'être la plus grande nappe d'eau douce en Gaspésie.

D'une longueur d'un peu plus de 20 kilomètres, c'est là qu'est né la rivière du même nom et qui serpente la vallée pour se drainer dans la Baie des Chaleurs.

Et c'est maintenant l'aboutissement de notre récit.

 

LE CONTOUR EST BOUCLÉ

Retour à Sainte-Flavie 

 

Nous voilà au terme de la rédaction de nos trouvailles, au cours des années.

Souhaitant vous avoir transmis le goût de découvrir : 

l'univers unique de ce territoire, 

l'accueil chaleureux de ses habitants,

  l'harmonisation raffinée entre la mer et la montagne!!!

 

 

Accueil 

Menu