Étape #2

 

Vic-la-Gardiole

l'eglise fortifiee au bout de la ruelleEn quittant Bouzigues, je me dirige vers Aigues Mortes tout en conduisant sur la route # N112 qui longe le bord de la mer.

Chemin faisant, j'arrête à Vic-la-Gardiole, petit bourg situé à proximité de la mer et en bordure de l'Étang de Vic.

Il n'y a rien de spécial à cet endroit sauf son église fortifiée du XIIe siècle. C'est un remarquable vaisseau de pierre construit en gros blocs taillés dans le calcaire. 

On dit que c'est une des plus anciennes et imposantes églises fortifiées du Languedoc.

l'interieur de l'eglise et ses murs de pierres apparentesElle a été construite en forteresse pour assurer la protection des résidents du village, soumis aux invasions et aux dangers que le rivage amenait régulièrement. 

Son plan de construction était simple, soit la forme d'un rectangle dont les murs font près de 2 mètres d'épaisseur.

Il faut entrer à l'intérieur pour bien voir sa forme rectangulaire. Elle est composée d'une nef unique et sans ornement ce qui fait que le lieu est très austère en raison de la pierre très apparente.

Avant de quitter cette commune, je me rends à l'office du tourisme où on me renseigne sur la cathédrale de Maguelone à l'effet qu'une visite vaut le détour sur mon chemin vers Aigues Mortes.

 

 

Cathédrale de Maguelone

La cathedrale vue depuis le rivageLocalisée au sud de Montpellier et proche de la station balnéaire de Palavas-les-Flots, cette cathédrale solitaire se présente en véritable vaisseau mutilé, échouée au milieu des pins parasols, des palmiers et des cèdres.

Pour visiter la cathédrale de Maguelone, il faut se rendre à Palavas-les-Flots, aux portes de la Camargue et suivre les indications jusqu'au stationnement. 

À deux km de là, une navette de petits trains gratuits vous amène à ce monument qui est dressé sur une avancée d'un cordon de sable, une zone protégée du littoral, dans un îlot et entouré d'arbres entre mer, étangs et vignes. Ce bel édifice  séduit par ses formes et son cadre de verdure exceptionnel.

Plusieurs fois détruite et reconstruite, cette cathédrale fut le siège de l'évêché du VIe au XVIe siècle. 

 Construit comme une véritable L'entree de la cathedrale forteresse avec des murs dépassant les 2 mètres d'épaisseurs, ce chef d'oeuvre d'architecture est un joyau de l'art roman et l'un des plus hauts lieux de la chrétienté en Languedoc.

L'escalier de pierre de la cathedraleDe l'extérieur, on remarque que les tours sont imposantes et les ouvertures étroites. En pénétrant dans l'église, il faut porter attention au haut du portail, car il y a un tympan remarquablement sculpté.

À l'intérieur, on découvre des sarcophages et des gisants (statues étendues par terre). Un escalier de pierre mène à l'étage où une pierre tombale dédiée à un évêque de l'époque sert de table d'autel.

On remarque que des jeunes handicapés travaillent à cet endroit. C'est que depuis 1969, l'association des Compagnons de Maguelone, installée dans les anciens bâtiments agricoles, favorise la réinsertion d'adultes handicapés. Soixante-dix jeunes peuvent ainsi mener une vie active entre l'exploitation du domaine agricole qui entoure la cathédrale, l'élevage des huîtres, moules et autres coquillages et la pêche sur l'étang à proximité.

Afin de dépanner les visiteurs, une petite cafétéria existe dans un bâtiment adjacent.

Et maintenant, en route vers Aigues-Mortes.

 

Aigues-Mortes

Aigues Mortes en arriere de ses rempartsAlors que cette petite agglomération n'existait pas encore, elle doit son nom où seuls les marais et les étangs appelés "Eaux Mortes" décoraient le paysage.

Sur une initiative de Saint-Louis, afin de donner à la France le premier port sur la Méditerranée pour faire du commerce, il  construisit une forteresse. 

La tour carbonniere Pour être accessible à la Méditerranée, il traça une route pour traverser les étendues d'eau et y érigea la Tour Carbonnière enjambant la route pour en protéger l'accès de toute invasion par voie terrestre. 

La tour de Constance accrochée aux rempartsComme elle est libre d'accès, il est possible de monter sur la terrasse qui nous offre un superbe panorama des remparts et les marais.

Par la suite, il entreprit l'édification de la ville en faisant construire la Tour de Constance pour abriter ses garnisons de défense et les remparts pour protéger sa ville contre les ennemis et les intempéries qu'on appelle aujourd'hui Aigues-Mortes Une partie de la ville a l'interieur de ses remparts (voir le plan sur le site Internet).

De ce port, il reste aujourd'hui l'une des fortifications médiévales du XIIIe siècle les plus exceptionnelles et les mieux conservées d'Europe ce qui séduit les visiteurs par les splendides points de vue que l'on a depuis les remparts.

Des 1640 mètres de hautes murailles achevées à la fin du XIIIe siècle que forme ce quadrilatère autour de la ville, la tour de Constance qui est devenue une prison royale et un des donjons les plus majestueux de l'architecture du Moyen Âge et 20 tours ont été intégrés à même  ces murailles. 

Le chemin de ronde au-dessus des remparts permet aux visiteurs de découvrir l'architecture militaire et les Le chemin de rondesystèmes défensifs du Moyen Âge. 

La rue principale Jean Jaures avec comme fond d'ecran les remparts La terrasse  de la tour de Constance, haute 30 mètres et les remparts offrent l'une des vues sur la ville.

Comme autres monuments, l'église Notre Dame des Sablons (XIIIe siècle) est le bâtiment le plus ancien de la ville avec son style gothique primitif. 

En face, c'est la Place Saint-Louis qui constitue le coeur animé de la ville. Ombragée de platanes, les visiteurs viennent se détendre sur les terrasses des restaurants. 

Au centre, la statue de Saint-Louis est juchée sur son piédestal et se fait Place Saint Louis admirer par la foule.

On compte aussi deux couvents, celui des cordeliers qui est le plus ancien et celui des capucins. 

Il existe toujours deux chapelles, celle des Pénitents Gris et celle des Pénitents Blancs construites au XVIIe siècle.

Aujourd'hui, Aigues-Mortes avec ses 6 000 habitants est très touristique de sorte que plusieurs commerces et restaurants longent les principales artères et en particulier celle de Jean Jaurès, la rue principale.

 

Salin d'Aigues-Mortes

Une camelle (tas de sel) dans les Salins d'Aigues-MortesAux portes d'Aigues-Mortes, l'implantation des Salins dans la Camargue est pour la France le plus important centre de production de sel marin.

Le salin d'Aigues Mortes s'étend sur 10,800 hectares de terres sauvages, parsemées d'étangs. 

Le terrain très plat et argileux se prête bien à l'extraction du sel de mer, car l'eau de la mer, après avoir été pompée, va circuler pendant cinq mois et progressivement se concentrer pour permettre la cristallisation sur les tables salantes. En plus, c'est la région où l'évaporation est la plus intense et les pluies les plus faibles.

Le sel recueilli est ensuite entreposé en camelle, véritable montagne de sel de plus de 20 mètres de haut et Etang d'eau rose400 mètres de long. Son exploitation produit chaque année 500 000 tonnes de sel.

En circulant dans ce site, on remarque la couleur rose de l'eau. C'est due à la prolifération de micro-organisme du type algues microscopiques qui rejettent du béta carotène. Ainsi les crevettes et Un des produits des Salins les flamants qui consomment ces algues deviennent roses.

Pour en apprendre davantage sur la production de cette richesse naturelle du sel, la visite guidée (durée: 1h15) est vraiment intéressante.

À bord d'un petit train, on nous amène à la découverte de l'exploitation du sel d'Aigues-Mortes au milieu des tables salantes (cristallisoirs et bassins d'évaporation), de la flore et de la faune. Des informations nous sont données sur: 

À la fin de la visite, le petit train nous amène à l'écomusée "Le Mas du Sel" pour nous faire revivre la récolte du sel au début du XXe siècle. Il ne faut pas manquer la boutique du musée où on trouve du sel et produits régionaux.

 

Domaines Listel

Salle de demonstrationDomaines Listel, propriétaire du Domaine de Jarras, est un vignoble, situé à proximité d'Aigues-Mortes, produisant des vins de sable. Le sol, étant composé de sables silicieux et calcaires combiné à un micro-climat marin, favorise la production de ces vins de qualité.

À bord d'un petit train, on nous amène à la découverte du vignoble de Jarras, le plus grand domaine d'Europe avec sa faune et sa flore dans une réserve naturelle et préservée.

Un tonneau appele "foudre"La visite se termine à l'endroit de la vinification et conservation des vins, appelé Chai. On a l'occasion de voir un pressoir du XVIe siècle ainsi que des tonneaux, appelés Foudres, de grande capacité du XIXe siècle. Chacun de ces tonneaux contenaient 40 000 bouteilles de vin.

Le tout se termine par une dégustation des vins de Listel dont le Gris de Gris.  Et bien sûr, on peut en acheter.

Où dormir?

La propriété ou sont situées les chambresJ'héberge chez la  Manade "Saint-Louis" dont la propriétaire est un manadier. Ce terme signifie celui qui élève un troupeau de taureaux appelé "manade" en Camargue. Quant au cheval Camargue, c'est le compagnon du manadier, lequel assurait le gardiennage et le tri des taureaux. 

L'endroit est situé sur la route #D58 qui mène aux Saintes-Maries-de-la-Mer, environ 10 km à l'est d'Aigues-Mortes.

Le propriétaire offre aux hôtes de passage cinq chambres à thème dans un décor chaleureux et très propre incluant une magnifique salle pour le petit-déjeuner qui, en passant, est très copieux.

Comme la propriété est assez retirée de la route principale, c'est le vrai calme et la tranquillité. Chaque chambre offre une vue panoramique sur la propriété et notamment sur la manade. 

Où manger?

La propriétaire me recommande l'Hôtel-Bar-Restaurant "La Ceinture" qui est situé à peine deux minutes de la Manade "Saint-Louis". C'est une cuisine régionale à la fois simple et de qualité et à un prix vraiment raisonnable. 

La propriétaire du Manade "Saint-Louis" me suggère de goûter au plat traditionnel des camarguais la "Gardiane de Taureau". C'est une préparation à partir de viande taureau élevé dans cette région et accompagnée du riz de Camargue. C'est tout à fait délicieux et la viande est très tendre.

 

Saintes-Maries-de-la-Mer

Carrefour giratoire original a Saintes-Maries-de-la-MerMe voilà rendu au coeur de la Camargue, lieu réservé aux éléments naturels, à la faune et à la flore.

Certes, c'est un territoire de marais, de mer et de plaines marqué par une nature sauvage et bercé par le mistral. C'est là où la faune se manifeste car c'est le royaume des flamants roses, des taureaux et des chevaux de Camargue. 

C'est aussi le territoire du riz, des plages immenses et des pèlerinages dont le plus connu, celui des Gitans

L'étang le plus important, le Vaccarès situé au coeur de la Réserve nationale, bénéficie d'une protection intégrale.

Taureaux typiques de la CamargueQuant aux marais compris dans le plus grand salin d'Europe, ils constituent un site important de nidification, tels que pour les sarcelles, les canards sauvages, les bécasseaux, les hérons, les barges, les chevaliers, les pies de mer, les mouettes, les aigrettes blanches, sans oublier les flamants roses et bien d'autres...

Parmi les endroits cultivés, le riz domine de sorte que 98 % de la production en France provient de la Camargue. Les autres endroits abritent des plantes adaptées au sel et sont pâturés par les taureaux et chevaux.

De toutes ces caractéristiques de la Camargue, la dune, barrière naturelle contre la mer, est un milieu très fragile et sans cesse en mouvement.

Eglise de SaintesMaries_delaMerEntre la Méditerranée, les divers étangs et en bordure du Petit Rhône, la capitale de la Camargue, Saintes-Maries-de-la-Mer, est dominée par son église forteresse. Construite entre le IXe et le XIe siècle près de l'embouchure du Petit Rhône, l'église avait donc une position stratégique très importante, car au moment de son édification les pirates sévissaient de sorte qu'elle servait de refuge pour la population.

Au cours de la visite, on remarque que le toit est entouré d'un chemin de ronde et le toit du donjon servait de tour de guet. Les murs sont percés de meurtrières; tout ceci pour démontrer qu'il s'agit  bien d'une forteresse. 

Quant à l'intérieur de l'église, il est formé par une nef unique et sans ornement, mais on remarque un hôtel païen du IVe siècle avant J.C. Le choeur est surmonté par un donjon en hémicycle. On y trouve aussi les reliques de Sainte-Marie Salomé et de Sainte-Marie Jacobé, patronnes du village, découvertes en 1448 au La statue de Sainte Sara (vierge noire) fond de la crypte actuelle. 

La crypte abrite la statue de Sainte-Sara (la Vierge Noire), élément du patrimoine des Gitans. De là, provient le pèlerinage annuel des Gitans, soit le 24 mai alors que des milliers d'entre eux y affluent de tous les coins de l'Europe pour ce pèlerinage afin de rendre hommage à leur patronne Sara.

J'ai trouvé dans une publication de FranceGuide un texte fort intéressant à propos de la patronne des Gitans que je cite: 

"la légende veut qu'en l'an 44 de notre ère, Sara, l'Égyptienne et les deux Maries qu'elle servait, Marie-Salomé et Marie-Jacobé, furent chassées de Judée par les romains. Leur barque aborda finalement la côte provençale. Sara était une errante, une exilée, rien d'étonnant à ce que les nomades l'aient choisie comme patronne, qu'ils se ressemblent dans ce village depuis le XIXe siècle et qu'ils aient fait instituer en 1935 une procession annuelle en son honneur".  

La magnifique promenade situee entre la ville et la merLe port de plaisance, Port Gardian, est très important en raison de nombreuses activités et des plaisanciers qui naviguent en Méditerranée. 

C'est une station balnéaire très réputée avec son immense plage de sable fin. Dès la fin du mois de mai, les eaux clémentes permettent la baignade. Un des attraits de l'endroit est cette magnifique et large promenade située en bordure de la plage.

IL est assez fréquent de voir des gitanes accoster des touristes pour leur vendre des médailles de leurs saintes patronnes, comme le montre cette photo.

La croix camarguaise possède une signification intéressante. Elle est constituée de trois symboles:

 

Parc ornithologique de Pont de Gau

Un des sentiers du parcDe Nombreux flamands roses ayant trouvee refuge dans ce parcCe parc ornithologique est un vaste espace naturel entièrement consacré à la découverte des oiseaux.

Situé au coeur des marais à 4 km de "Les Saintes-Maries-de-la-Mer" sur la #D570, sa vocation est de donner aux visiteurs une bonne introduction sur le territoire de la Camargue

Il offre plusieurs kilomètres de sentiers serpentant entre marais et roselières, des observatoires, un musée et une proximité rare avec la faune locale. 

C'est l'endroit privilégié pour bien observer et photographier de nombreuses espèces d'oiseaux  dont des centaines de flamants L'envol d'un flamand rose roses. En fait, c'est leur seul lieu de reproduction en Europe.

D'ailleurs, ce sont les plus recherchés des Un flamand rose en train d'amerrir visiteurs et c'est le symbole de la Camargue. C'est l'oiseau le plus caractéristique des étendues d'eau saumâtre de Camargue. Présent sur une bonne partie du littoral, le flamand ne niche qu'en Camargue.

Ces derniers, étant d'approche difficile dans la nature, nous permettent une observation privilégiée et des prises de vues exceptionnelles. 

Leur envol et leur atterrissage est une féerie dont on ne se lasse pas d'admirer.

 

Salin-de-Giraud

Camelle de sel des Salins du MidiEn route pour Marseille, je fais un arrêt à la petite commune  Salin-de-Giraud situé au sud-est de la Camargue, en bordure du Grand Rhône sur la rive droite. 

Pour y arriver, il faut contourner l'étang de Vaccarès en suivant les Vue du Grand Rhone via le bac #D570, D37 et D36.

Ce petit village, sans attrait particulier, a été créé en raison de l'implantation de la compagnie Salins du Midi pour l'exploitation du sel dans cette région. La photo donne un aperçu de l'endroit.

En continuant la route, il faut traverser le Grand Rhône via le Bac de Barcarin, situé à proximité. C'est le seul moyen d'atteindre l'autre rive du Rhône en voiture pour continuer le voyage vers Marseille.

 

Marseille

Pour avoir un coup d'oeil général sur Marseille, il suffit de grimper jusqu'à Vue de Marseille de Notre dame de la Garde Notre-Dame-de-la-Garde. Du haut, notre regard embrasse cette magnifique ville toute entière.

Quelques notes d'introduction 

Marseille, riche d'une histoire plus de deux fois millénaire, forme une sorte d'amphithéâtre enserrée par la mer et les montagnes et s'étale sur 7 collines.

C'est la plus ancienne ville de France, dite la cité phocéenne,  fondée en l'an 600 avant J.C. par des marins grecs. À l'origine, elle s'appelait Massalia, nom que lui attribuèrent les fondateurs.

Aujourd'hui, capitale régionale de la région "Provence Alpes et Côte-d'Azur", elle est la seconde ville de France pour sa population et s'approprie le titre de la porte de la Méditerranée avec son  premier port du pays. 

Ses deux centres d'attractions majeures sont: 

Le quartier le plus pittoresque:

Une jolie ruelle dans le quartier Le PanierLa vierge erigee au coin d'une rue dans le quartier Le PanierLe "Panier" est le plus ancien quartier de la ville. L'origine de son nom vient de l'enseigne d'une auberge du XVIIIe siècle "Le Logis du Panier"

Il est délimité par le Vieux Port, Place de la Major où est érigé la belle cathédrale de la Major et la rue de la République. 

Perché sur une petite colline, tout dans ce quartier est pittoresque avec ses petites ruelles charmantes aux maisons antiques incluant le nom des rues.

Déambuler dans les ruelles sinueuses que l'on peut visiter en suivant une ligne rouge tracée dans les rues, c'est encore le meilleur moyen de découvrir la richesse de cet endroit. 

Au détour des rues, on y trouve des boutiques d'artistes tels que des peintres, potiers dans lesquelles on peut découvrir des objets originaux et uniques.

La principale artère:

La "Canebière" est l'artère emblématique des Marseillais. Cette célèbre rue aux larges trottoirs et aux majestueux immeubles part du Vieux Port pour remonter vers l'église Saint-Vincent-de-Paul, dite des réformés.

Blason de Marseille Basilique Notre-dame-de-la-Garde  

Notre Dame de la GardeLa Bonne Mere erigee au dessus du clocherLa colline de la Garde (154 mètres d'altitude) a toujours été un poste d'observation. C'est en fait le point culminant de la ville où on découvre une des vues les plus impressionnantes de Marseille.

Pour protéger Marseille, François 1er fit construire un fort en 1524 au sommet de la colline qui constituait avec le château d'If une défense maritime dont la ville était dépourvue. 

Quant à l'aspect religieux, depuis 1214 une chapelle s'élève au sommet de la colline de la Garde. Elle fut agrandie plusieurs fois au cours des siècles afin de mieux accueillir des foules de pèlerins de plus en plus denses.

Elle fut finalement remplacée par l'église actuelle dont la construction débuta en 1853 pour se terminer en 1864. De nos jours, on peut encore constater la présence du fort servant d'assise à la basilique actuelle. 

Notre-Dame-de-la-Garde est certainement la plus éblouissante église ce qui en fait une grande fierté pour les marseillais. 

L'interieur de l'egliseElle est surmontée d'une statue dorée à la feuille d'or de la Vierge qui domine le clocher de 60 mètres de haut que les résidents surnomment "la Bonne Mère". Haute de plus de 9 mètres, elle fut érigée entre 1867 et 1869 et est considérée comme le plus grand objet au monde réalisé en cuivre galvanique.

Son emplacement offre aux visiteurs, grâce à ses nombreuses terrasses, une vue panoramique sur la ville dont la cathédrale de la Major, le Vieux Port et L'entree principale l'archipel de Frioul. 

Elle est accessible en auto via des stationnements. Pour pouvoir se garer au petit stationnement supérieur, c'est-à-dire celui en face de l'entrée principale de cette basilique, il faut arriver tôt, le matin.

Cet édifice se compose de deux parties : une église basse avec une crypte voûtée, austère et dépouillée, mais qui abrite un crucifix polychrome datant de l'église; une église haute avec le sanctuaire consacré à la vierge (pèlerinage le 15 août). 

L'intérieur est revêtu de marbres de couleurs, de mosaïques et de peintures murales. Au-dessus de l'hôtel principal se dresse une statue en argent de Marie et son fils. Les mosaïques à fond d'or y abondent et les marbres sont polychromes.

Vieux Port

Le vieux portLe Vieux Port, c'est l'âme de la cité.

À l'origine, c'était une calanque, soit une crique aux abords escarpés, qui fut découverte par des marins grecs, il y a 2 600 ans. 

Le Vieux Port étant à l'origine de la cité, il est l'ancien port de Preparation du poisson pour la vente Marseille.

Il ne sert plus aux navires commerciaux depuis 1853.

Aujourd'hui, il abrite de nombreux bateaux de plaisance, des navettes qui proposent des excursions vers les îles du Frioul et les Calanques ainsi que les petits bateaux de pêche. Sa capacité est d'environ 3 500 places. C'est le plus grand port de plaisance de la France. 

Quant aux paquebots, ils ont trouvé des lieux plus adaptés au port de la Joliette, derrière le Fort Saint-Jean, Preparation du poisson pour la vente en contrebas du quartier du Panier.

À l'entrée du Vieux Port, se trouvent le fort Saint-Jean, le palais du Pharo et le fort Saint-Nicholas.

Autre partie du vieux portAujourd'hui, il est bordé de nombreux bars, restaurants, commerces ainsi qu'une grande promenade tout autour de sorte que l'on trouve la plus grande partie des curiosités. 

Le matin, vous pouvez acheter sur certains quais la récolte de la pêche du jour (merlans, rascasses, rougets, daurades, sardines, maquereaux, etc). D'ailleurs, en ce dimanche, des pêcheurs viennent de débarquer les Musiciens pour divertir les gens au vieux port poissons et les exposent sur des étals. Ils sont proposés sans aucun intermédiaire aux consommateurs.

D'autres commerçants en profitent pour venir exhiber au même endroit ce qu'ils ont à vendre alors que des musiciens égayent l'environnement au grand plaisir des touristes qui ne cherchent qu'à prendre des photos de ces scènes typiques.

C'est également un lieu de rencontres pour les Marseillais lors de grands évènements.

Cathedrale de La Major Cathédrale de la Major

Cet imposant édifice du XIXe siècle de style romano-byzantin est situé "Place de la Major". 

La façade extérieure est ornée des statues du Christ, des apôtres Saint-Pierre et Saint-Paul et des saints de la Provence ainsi que les des tympans sculptés.

Le décor intérieur est en marbre et porphyre et est orné en autre des statues des quatre évangélistes.

L'eglise Saint Laurent Église Saint-Laurent

Au coeur du plus ancien quartier de la ville, le "Panier", et de la vieille paroisse des "gens de la mer", cette belle église de style roman provençal fut construite au XIIe siècle en pierre calcaire rose. 

Elle était l'église des marins et des pêcheurs

Et sur le parvis, à proximité du fort Saint-Jean, on peut admirer l'une des plus belles vues sur le Vieux Port.

Fort Saint-Jean

LFort Saint Jean'origine du fort remonte au XIIe siècle. La Tour Carrée date du XVe siècle. Louis XIV a fait construire par la suite la tour du Fanal qui ressemble à un minaret vers 1670. Ce fort est situé dans le quartier le "Panier".

Faisant face au fort Saint-Nicolas, sa terrasse offre une très belle vue sur la rade. Ces deux bâtiments sont considérés comme des citadelles qui encadrent l'entrée du Vieux Port.

Aujourd'hui, il sert de Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée.

Palais du Pharo

Palais du PharoUne véritable résidence offerte à Napoléon par Marseille. Toutefois, elle ne fut jamais habitée par Napoléon III et l'Impératrice Eugénie. 

À la suite de sa mort, la ville revendiquant le château, intenta un procès. Après l'avoir gagné, l'Impératrice Eugénie l'offrit à la ville.

Aujourd'hui, on y trouve des services de la ville et un espace de congrès.

Sur les lieux, une magnifique vue sur Marseille vous attend.

Vieille Charité

La Vieille ChariteCet ensemble architectural du XVIIIe siècle, construit en pierre rose et blanche et qui a évité le pic des démolisseurs, est situé au coeur du quartier du "Panier". 

Ce bâtiment se compose de quatre ailes sur trois niveaux et en son centre une magnifique chapelle à coupole ovale. Il est classé monument historique  depuis 1951.

Ce lieu était destiné à abriter les vagabonds et les orphelins. C'est aujourd'hui un centre polyculturel accueillant différentes expositions.

Le Centre de la Vieille Charité abrite plusieurs structures multiculturelles, des expositions temporaires, une salle de cinéma, une librairie et une cafétéria.

Hôtel de ville

Hotel de villeTrès bien située en bordure du Vieux Port, la mairie de Marseille ne se visite pas, mais sa façade extérieure est d'une rare beauté de sorte qu'elle ne passe pas inaperçue.

C'est un bel exemple d'architecture baroque du XVIIe siècle. Sa façade ancienne est ornée d'un buste de Louis XIV et d'un médaillon aux armes de France.

Il reste un des rares édifices à avoir survécu à la destruction du quartier sous l'occupation allemande en 1943.

Clocher des Accoules

Le clocher des AccoulesVoici le beau clocher des Accoules qui est le seul vestige d'une des plus anciennes églises de Marseille. Il date du XIVe siècle. Quant à l'église, elle datait du XIe siècle, mais fut détruite après la révolution de 1794.

Hôtel Dieu

Construit au XVIIIe siècle dans le quartier du "Panier", voici un des plus beaux  et un des plus anciens bâtiments de la ville. Autrefois c'était un centre hospitalier. Il y a un bel escalier escalier à découvrir.

Palais de Justice

Construit entre 1856 et 1862, c'est un magnifique bâtiment classique tant par son architecture que par son décor sculpté.

Abbaye de Saint-Victor

Eglise Saint-VictorFondée au Ve siècle, l'Abbaye Saint-Victor a subi plusieurs destructions pour finalement être fortifiée au XIVe siècle. 

Aujourd'hui, elle sert d'église à la paroisse Saint-Victor.

Une visite est obligatoire, car elle fait partie des principaux monuments de Marseille.

En levant les yeux, on remarque au-dessus de l'abbaye les fortifications médiévales.

On peut visiter les cryptes qui englobent de nombreux vestiges du Ve siècle ainsi que des sarcophages. On dit que cette abbaye est le second site après le musée d'Arles antique à posséder autant de ces vestiges. 

Ce monument étant érigé sur une colline, de son parvis on ne se lasse pas d'admirer, sous un autre angle, le panorama du Vieux Port.

Fort Saint-Nicolas

Construit en étoile en 1680, en face du fort Saint-Jean, sa position stratégique sur la rive sud de l'entrée du Vieux Port permettait de surveiller la ville. 

Il avait aussi comme autre objectif de calmer les marseillais qui bafouaient l'autorité locale.

Corniche John Fitzgerald Kennedy

La Corniche et sa promenade pietonne et sa route a sa gaucheÀ voir absolument! Il s'agit d'une route et d'une promenade de 5 kilomètres qu'on dirait accrochées à la colline. Parallèles, elles longent le bord de la mer. 

Que l'on soit en auto ou à pied, ces deux voies offrent une vue panoramique sur les plages et les îles. C'est un espace de liberté pour les marseillais qui profitent de ce cadre exceptionnel.

Les travaux s'étendirent de 1848 jusqu'en 1863. Ils débutèrent à la plage des Catalans, non loin du Vieux Port, jusqu'à la plage Georges Pompidou, offrant aux visiteurs un point de vue très agréable, ainsi que de nombreux bancs pour se reposer et admirer le paysage et des aménagements nautiques. 

Pont de la fausse monnaieIl ne faut pas manquer le point de vue de l'anse de la Fausse-Monnaie et son viaduc. Le nom provient de l'utilisation d'une partie de cette anse par des faux-monnayeurs pour cacher  leur production.

Il y a aussi le Marégraphe, site de référence dont Marseille a été retenue du fait de la faible amplitude des  marées pour calculer le niveau moyen Autre vue de la Corniche avec sa route et sa promenade pietonne des marées ainsi que le point zéro,  base des mesures géodésiques en France et dans le monde. Une machine allemande fut donc mise en place en 1883, après la construction d'un puits avec flotteur pour suivre les oscillations de la mer. 

Évidemment, nous avons une magnifique vue sur la mer ainsi que sur l'archipel des îles du Frioul. Elles sont situées environ à 4 km au large de Marseille. 

Du côté opposé, il ne faut pas manquer les demeures luxueuses qui bordent la Corniche, autrefois lieux de résidences secondaires de prestigieuses familles marseillaises.

L'archipel du Frioul

Au loin,l'archipel de FrioulEn apercevant ces îles, on se pose tous la même question: qu'est-ce qu'il y a à ces endroits? L'archipel du Frioul est composé de 3 îles: Les îles du Frioul, soit Pomègues et Ratonneau et le château d'IF que l'on aperçoit de la Corniche comme une silhouette calcaire. 

Les îles du Frioul ont été utiles aux marseillais  qui furent grandement affectés par la peste de 1720. Lorsque la fièvre jaune apparut au XIXe siècle, ils prirent des précautions en construisant un hôpital sur le Frioul et mis en service en 1828.

Occupé par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale, les îles furent bombardées par l'armée française aérienne et les cuirassés américains. En août 1945, l'hôpital n'était plus qu'un champ de ruines.

Une association travaille actuellement à la rénovation et à la réhabilitation de ce site. L'une des priorités de l'association est d'oeuvrer à la valorisation du Patrimoine, en organisant des visites commentées du site et des îles du Frioul.

Aujourd'hui, une centaine d'habitants vivent sur ces îles. Elles servent aux plaisanciers dont le port peut accueillir environ 700 bateaux de plaisance. C'est aussi  un lieu de randonnées pédestres. Du port de Marseille, des navettes conduisent les visiteurs à ces îles. 

Au large de Marseille, l'le d'IfQuant à l'île d'If, située à 5 kilomètres au large de Marseille et au milieu de la baie du même nom, elle a longtemps servi aux pirates, contrebandiers et aux pêcheurs.

François Ier ordonna la construction d'une forteresse sur l'île pour protéger l'accès au port. En 1580, elle fut convertie en prison d'État et sa vocation carcérale pris fin en 1848.

Au temps de la grande peste, le château d'If servi de lieu de quarantaine.

Ce château possède une renommée mondiale en raison du personnage fictif créé par l'intrigue du roman "Le Comte de Monte-Cristo" d'Alexandre Dumas. Selon la légende, ce comte croupit pendant 14 ans dans le cachot #34.

Comme je ne peux aller visiter ces îles, on peut voir plusieurs photos en parcourant les sites Internet ci-haut mentionnés.

Cap Croisette

La fin de la route a Cap CroisetteÀ la fin de la route de la Corniche et après avoir traversé le petit village de "Les Goudes", il faut continuer jusqu'au Cap Croisette, là où se termine la route et où on trouve une petite plage de sable, un restaurant et un club de plongée.

Cap Croisette réserve vraiment des points de vue surprenants ainsi qUne partie de l'ile Maïreue ses alentours avec un paysage de ses rochers de calcaire blanc.

À gauche de Cap Noisette, c'est l'île Maïre séparée par une étroite voie d'eau d'environ 80 mètres. 

Lorsque la mer est belle comme aujourd'hui, cette voie d'eau est très fréquentée par les bateaux de plaisance et de pêche pour éviter de faire le tour de l'île MaÏre. Toutefois, cette passe est très délicate en raison des courants importants et des vagues importantes en cas de vent.

Et voici la fin de ma visite à Marseille que j'aurais dû prolonger afin de pouvoir découvrir d'autres richesses de cette très belle cité.

 

Chez Élise et Jean-Paul

Elise et Jean-PaulEt maintenant, une visite à Velaux, petit village en périphérie de Marseille. Pourquoi cet endroit? C'est que j'ai un correspondant français depuis 1999. Au fil des années, nous sommes devenus de vrais amis sans toutefois s'être jamais rencontrés.

Lorsque j'ai planifié d'aller en France, Jean-Paul de son prénom a insisté pour que j'aille chez lui afin de faire connaissance. 

L'accueil est très chaleureux et c'est un  peu comme on s'était rencontré auparavant du moins pour mon cas. 

Jean-Paul et moi-meme Son épouse Élise me rend sans tarder tout à fait à l'aise de sorte que l'introduction est vraiment facile pour moi qui rencontre ce couple pour la première fois.

Évidemment, on me fait goûter à la cuisine provençale car Élise est un "cordon bleu" comme on dit au Québec. Le soir, j'ai le privilège de rencontrer leurs enfants, lors d'un dîner familial.

J'ai aussi l'occasion de rencontrer un de leurs voisins, car ce sont de bons amis. Encore là, ce sont des gens très chaleureux.

Merci à vous deux, Élise et Jean-Paul, pour votre accueil si chaleureux, vos repas gastronomiques et votre hébergement.

Le lendemain, Jean-Paul m'amène visiter le Vieux Velaux.

 

Velaux

La tour de l'ancien chateau feodal de VelauxVelaux, cette petite ville d'environ 8 000 habitants, se divise en deux parties: le vieux Velaux et le quartier moderne.

Le Vieux Velaux, à caractère provençal, a été construit sur un promontoire. Quelques rues étroites et en lacet nous amène à la place du Village. À quelques pas, il s'y trouve une tour  médiévale d'une hauteur de 15 mètres. C'est le seul vestige d'un château féodal La cloche qui date de  l'an 1350 construit au XIe siècle. 

Aujourd'hui, cette tour sert de lieu d'exposition. Comme ce monument fut érigé sur un éperon rocheux, le point de vue sur les villes et villages environnants est panoramique.

Une découverte pour le moins surprenante en janvier 2004; la cloche de l'église paroissiale date de l'an 1350 et ça se lit bien "Mille Trois Cent Cinquante" en plus d'être inscrit en latin: MCCCL. La photo qui me fut donnée par un ami montre bien l'original de cette cloche. 

On se demande comment cette pièce a pu traverser tant de siècles et être demeurée en un aussi bon état de conservation.

Quant à la nouvelle partie, constituée de résidences récentes, elle est située sur une colline avoisinante, appelée la colline de Velaux.

 

Ventabren

La Place de l'EgliseVoici un autre très joli village, d'environ 5 000 habitants, situé à proximité de Velaux dont Jean-Paul me fait découvrir. 

Il vaut vraiment le détour d'autant plus qu'il fait partie de la liste des Villages de Charme de la France.

Ventabren est perché au sommet d'une colline. Il nous offre un décor provençal et connu pour ses pittoresques ruelles pavées et fleuries. 

On est immédiatement sous le charme avec sa petite rue principale (Grande Rue) construite en escalier et bordée La rue principale (Grande Rue) d'anciennes et belles maisons en pierre qui nous amène jusqu'à la coquette petite Place de l'Église.

Sa position géographique privilégiée nous offre une vue incomparable sur l'Étang de Berre et la campagne environnante.

La nouvelle église date de 1772. A l'intérieur, on peut admirer différents tableaux et sculptures de grande valeur.

L'aqueduc de RoquefavourVentabren est dominé par les vestiges du château de la Reine Jeanne construit vers l'an 940.

Ce village possède sur son territoire le plus grand aqueduc en pierre au monde. L'aqueduc de Roquefavour a été construit entre1842 et 1847 afin d'amener l'eau du bassin de la rivière Durance à Marseille. 

Du haut de ses 82 mètres et avec ses 3 rangs d'arcades, il traverse la vallée de l'Arc sur 375 mètres de long, près de Ventabren.

On peut comparer cet aqueduc à celui du Pont du Gard qui mesure 266 mètres de long et 47 mètres de haut. Il faut toutefois ajouter qu'il fut construit 18 siècles avant.

À quelques centaines de mètres de là, il y a un autre viaduc qui a été construit pour le TGV Méditerranée, ouvert en 2001.

 

 

 

L'ecluse de Treboul, pres de Pexiora

Une partie des remparts et la tour de Constance a Aigues-Mortes

Les arenes de Arles

Le viaduc Sejourne enjambant la riviere du Tet

Le 27 mai au matin, j'arrive à Toulouse. De là, c'est le départ pour le Canal du Midi ainsi que les environs, tels que Castelnaudary, le Minervois, Lagrasse, Bouzigues, Sète, la Méditerranée etc. 

De Sète, je me rends jusqu'à Marseille. Je profite de ce parcours pour explorer certains endroits touristiques, entre autre, la cathédrale de Maguelone, Aigues-Mortes, la Camargue, Saintes-Maries-de-la-Mer, etc. De Marseille, je me rends jusqu'à Perpignan. Lors de mon passage, je me rends visiter le moulin d'Alphonse Daudet à Fontvieille, Arles, Nîmes, l'abbaye de Fontfroide et la forteresse de Salses, etc.  À Perpignan, je rejoins ma fille et son ami et nous partons pour Céret dans les Pyrénées Orientales. Nous découvrons plusieurs villages dans cette région montagneuse. Nous terminons le voyage par  une incursion en Espagne.

 

 

Accueil

Introduction

Menu